• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Titanic, l'épopée écrite

Un livre de René Moniot Beaumont

Une chronique de Pascal Vannier

Par Emilie Colin

C’est une grande revue de presse et un large kiosque littéraire que l’épopée écrite du Titanic de René Moniot Beaumont. Cet ancien officier pont de la marine marchande synthétise un double regard, à la fois très contemporain du Titanic et très proche du centenaire du naufrage, avec des affirmations, des questions, des légendes qui resurgissent depuis les abysses de Terre Neuve, là où l’épave repose par près de 4000 mètres de fond. Et le petit ouvrage de 110 pages devient vite imposant, car les documents regroupés par son auteur ont la résonnance de l’imaginaire des écrivains et leurs prémonitions, ont l’impact des témoignages recueillis par les journalistes au fil des temps.

Le Naufrage du Titan écrit par Morgan Robertson et publié en 1898 aux Etats-Unis est une première escale étonnante : un navire insubmersible et neuf qui heurte un iceberg dans l’Atlantique Nord. La version française de ce roman a été publiée en …..2000. Un journaliste anglais, WT Stead se signale dans le journal dont il est rédacteur en chef, le Pall Mall Gazette avant de raconter dans une autre revue le voyage d’un paquebot de la White Star Line, le Majestic, à qui il va, évidemment, arriver malheur, avec aux commandes un  certain Capitaine… Edward Smith. La nouvelle de Stead est publiée en 1892, soit trois ans avant, que, dans la vraie vie, Smith, future commodore du Titanic, ne soit assigné sur le Majestic qu’il va mener pendant neuf années.

Vous en savez déjà presque trop ! Sauf à devoir vous interroger, comme René Moniot Beaumont, lui-même, sur ce témoignage hallucinant du 5 mai 1912, publié par le Miroir, l’hebdomadaire français fondé au début de la même année. L’épopée racontée est au cœur de l’ouvrage, sur 31 pages. Du Cinémascope à chaque instant, vécu par un électricien embarqué de dernière minute sur le géant transatlantique, jusqu’à son sauvetage et son arrivée aux docks de New York, là-même où le Titanic aurait du s’amarrer. Un récit peut-être trop incroyable pour être celui d’une seule et même personne. Lisez donc ce que René Moniot Beaumont en pense…En tous les cas, le mythe, centenaire du Titanic, n’arrive pas à prendre une ride.

La Découvrance - 15 €

Interview François Floret