Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le vendredi à 8 h 10
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Titanic: L'histoire, le mystère, la tragédie

Un livre de Corrado Ferruli et Patrick Mahé

Une chronique écrite par Aline Mortamet

Par Emilie Colin

Corrado Ferruli co-signe cet ouvrage, mais dans le monde de l’édition, c’est surtout Patrick Mahé que l’on connaît. Installé à Vannes, et conseiller municipal de la ville depuis mai 2011, il a été surtout journaliste – longtemps à Paris Match, puis à Télé 7 jours, et Première -, et écrivain français.

Cet ouvrage accompagne très directement l’exposition de la Cité de la Mer de Cherbourg, puisqu’il s’intéresse en détails à l’escale normande, la dernière avant l’Irlande, l’avant-dernière avant le drame. Ce jour là, il fait beau sur la rade, les bateaux transbordeurs font la navette… Et à 18H35, le Titanic apparaît à l’horizon, il a une heure de retard. 

Patrick Mahé s’étonne: « Dans son édition du 10 avril 1912, Cherbourg Eclair ne consacre pas trente lignes au Titanic ! » Inimaginable aujourd’hui, quand on voit le mythe qui s’est développé autour de cet illustre bateau. Le « vaisseau de Gargantua », tel qu’il est décrit à l’époque avec ses 75 000 livres de viande, 15 000 bouteilles de bière, 10 000 bouteilles de vin, etc. Et comme souvent, c’est souvent dans les petits détails que se raconte le mieux la réalité de l’histoire.

On nous décrit les passagers VIP, tels le colonel John Jacob Astor, un milliardaire américain, sorte de Gatsby le magnifique accompagné de sa très jeune épouse. Ou Lady Duff Gordon, célèbre styliste de mode qui se réjouit d’embarquer avec son ticket numéroté 11755.Ou encore, le reporter de la société Pathé, qui embarque avec sa caméra au poing. Et à 20H10, la dernière sirène, en guise d’adieu, dans la nuit bleue. Clichés d’époque en noir et blanc, illustrations, cartes, schémas, photographies sous-marines, dessins… L’iconographie choisie par Corrado Ferruli et Patrick Mahé extrêmement riche et variée. Les journées des 11, 12, et 13 avril 1912 sont passées au crible par les auteurs qui dressent un compte-rendu époustouflant des activités menées à bord du bateau par les membres d’équipage et les passagers. 

Ce livre se lit comme un polar : du suspense, et de la tension, même si l’on connaît d’avance la fin de l’histoire. L’investigation est minutieuse, le récit de la catastrophe nous dévoile tous les détails que l’on croyait déjà savoir sur les failles, et les erreurs qui ont conduit au naufrage du paquebot. Et l’on terminera par cette évocation d’Halifax, la capitale de la Nouvelle Ecosse, qui se replie sur son cimetière où reposent 150 des 328 corps repêchés. Le poids des mots, le choc des photos : le slogan vous rappellerait un journal, sans doute ?

Editions du chêne - 29,90 €