• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Courir après les ombres

Un livre de Sigolène Vinson
Un livre de Sigolène Vinson

Dans la vie, le monde des poètes croise rarement celui des marchands. Dans le roman de Sigolène Vinson, un négociant international fait du busines, tout en se passionnant pour les dernières années d’Arthur Rimbaud dans le golfe d’Aden. La culture comme une paix de l’âme.

Par Aline Mortamet

Paul Deville est un homme d’affaires, qui négocie les ressources africaines pour le compte d’une multinationale chinoise. Il organise la construction de bases navales et de routes, comme autant de rampes de lancement pour asseoir le capitalisme chinois sur le continent africain. Tout s’achète et se monnaie. C’est l’économie mondialisée que l’on connaît aujourd’hui.
« Livrer le lac Assal à l’industrie et au commerce, c’est tuer le dromadaire et son maître. A la poésie, c’est faire autant de mal. »
Car, lorsqu’il regarde l’horizon de sa vie, et le tréfonds de son âme, l’homme s’aperçoit souvent que les richesses matérielles ne sont que terrestres, et qu’il est heureusement salutaire de partir à la conquête de nourritures plus spirituelles. Comme par exemple les « écrits jamais écrits d’Arthur Rimbaud ». Et c’est le cas de Paul Deville.
Son père était un économiste plutôt génial. Convaincu que le monde actuel courrait à sa perte, il est mort fou, d’une désespérance idéologique, car il rêvait d’autre chose. Son fils essaie de rester convaincu par sa vocation, mais il sait qu’il est sur le fil. Et c’est Arthur Rimbaud qui le rattache au combat de son existence. Il veut croire que le marchand d’armes n’a pas tué le poète. Et lui veut  « redécouvrir les livres et les poèmes, puisqu’il n’est pas sorti d’un esprit malade. »
Mais c’est dur se battre contre ses propres ombres. « La tristesse, les remords, l’amour même, ne sont que des idées, des idées noires qu’il sait chasser, avec bien plus de facilité qu’un trésor. La vitre lui renvoie des yeux caves et insatisfaits. Ils ne sont plus bleus. »
Sigolène Vinson est l’auteur de ce roman, original et militant. Son passé d’avocate, et de chroniqueuse à Charlie Hebdo et Causette l’a rattrapé. Courir après les ombres est sans nul doute un roman qui se lit comme un curieux témoignage de notre époque actuelle, un peu désabusée, mais avec encore au loin, là bas, l’espoir d’un combat qui pourrait se gagner.

Editions Plon
17.90 euros

Portrait d'une femme atteinte par la maladie de Lyme