bretagne
Choisir une région

Littoral

Rendez-vous le samedi à 11h30 et le dimanche à 12h55
Logo de l'émission Littoral

Le bel espoir des bouteilles à la mer. Diffusion le 24 avril

A Brest, des enfants malades confient tous leurs rêves et leurs espoirs sur des messages glissés dans des bouteilles qui s’en vont voguer sur l’océan. A Ouistreham, les gens des cabines de plage vivent comme au paradis, avec l’air de la mer et du temps. 

Par Sophie Bourhis

Cette semaine, Laurent Marvyle vous propose deux sujets bien différents... Tout d'abord avec Corentin Pichon nous allons vous raconter  une très belle histoire de coeur. Elle a pour cadre le service pédiatrique de l’hôpital de Brest, c’est là que Marie-France vient chaque semaine proposer un moment de jeu et d’écoute aux enfants malades. Et puis un jour, elle a voulu faire voyager leur imaginaire vraiment très loin. C'est beau, c'est émouvant !
Puis nous partirons à Ouistréham à la rencontre de gens heureux ....

A 01'17.Des bouteilles à la mer
Depuis une dizaine d’années, avec délicatesse, Marie-France franchit les portes du service pédiatrique de l’hôpital de Brest. Deux ou trois fois par semaine, elle vient bénévolement proposer aux enfants hospitalisés un moment de jeu et d’écoute. Une parenthèse enchantée nécessaire face à la maladie enfantine. Mais au bord de la mer à Brest, face à l’immensité de l’eau, Marie-France a voulu faire voyager encore plus loin l’imaginaire de ces enfants : elle va leur proposer d’écrire sur une feuille un vœu d’espoir pour l’amélioration du monde et de leur propre monde. Ces petites missives seront glissées dans des bouteilles en verre. Les enfants  monteront ensuite à bord de l’Hermione, cette frégate de la liberté. Ils confieront alors leurs bouteilles aux marins. Plus tard, au milieu de l’océan atlantique, les matelots du navire déposeront les bouteilles contenant les rêves des enfants remplis d’espoir.
Réalisation Corentin Pichon

A 18'23. Les gens des cabines
Sur la côte de nacre normande, à Ouistreham, sont installées sur le sable plus de 150 cabines de plage. Construites à la fin du XIXème siècle, pour accompagner le développement des bains de mer, elles servaient à protéger la pudeur des dames, mais aussi, à abriter des petites blanchisseries ou des commerces de bouche. Les gens qui les habitent aujourd’hui savent vivre avec l’air de la mer et du temps. On regarde passer les ferries, on s’invite chez les uns et les autres, on sent le vent, on file se baigner.  L’endroit s’appelle Riva Bella, en toute simplicité. La plupart des habitants ont hérité de leur cabine par leurs parents ou leurs grands-parents. L’ambiance est bon enfant. Comme un parfum de vacances, délicieusement tenace, qui ne vous quitterait plus, pour mieux attendre l'hiver à venir.
Réalisation Nathalie Marcault  (Extraits)
Littoral du 24 avril (Littoral 833)