• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Matinée Littoral au FESTIVAL ÉTONNANTS VOYAGEURS 2016

Comme chaque année désormais France 3 Bretagne s’immisce au cœur du Festival Étonnants Voyageurs et vous propose sa désormais incontournable Matinée Littoral, avec la projection de 2 documentaires et un hommage au Père Jaouen

Par Sophie Bourhis

Nous vous donnons rendez-vous Le Samedi 14 mai 2016 à 10h00  au Théâtre Chateaubriand de Saint-Malo,pour  la MATINÉE LITTORAL coanimée par Laurent Marvyle et Patrick Soulabaille 

La matinée sera articulée autour de la projection de deux films documentaires issus du magazine Littoral puis sur un hommage au Père Jaouen.

Bon vent les enfants ! Vive les colonies de vacances
Réalisé par Laurie-Anne Courson.
Une coproduction Aligal Production / France télévisions
Nées en Suisse en 1876, les colonies de vacances ont vécu une longue et belle histoire qui pourrait se résumer par des chapitres de grandes joies et de petits chagrins. En France, le Front Populaire de 1936 les aidera à trouver un bel envol. Des caravanes scolaires d’hier, aux centres de vacances d’aujourd’hui, ce film nous emmène en voyage au pays des bains de mer et des cures d’air. 50 ans après avoir quitté sa colo, un homme retrouve les paysages bretons qui l’ont aidé à grandir et à devenir comédien. En allant à la rencontre d’une poignée de copains qu’il avait perdus de vue jusqu’alors, Bernard Alane nous plonge dans la grande histoire des colonies de vacances.

La régate au-delà du handicap
Réalisé par Thierry Durand. 
Une coproduction Almerie Films / France Télévisions (26’).
Ils s’appellent Lory, Lucien, Kévin, André, Christina et ils travaillent dans des ÉSAT (établissement et service d’aide par le travail) gérés par des institutions spécialisées dans le Nord Cotentin. Mais le soir, ils se retrouvent sur le bateau de 12 mètres de Thierry et Martine et s’entraînent à la régate. Virements de bord, envoi de spi, ils connaissent toutes les manoeuvres pour faire avancer vite un voilier. Le but de ces entraînements est de participer au Tour des Ports de la Manche, épreuve de voile qui regroupe plus de 100 voiliers sur 7 étapes entre les ports du département de la Manche et des îles Anglo-Normandes au mois de juillet. L’originalité de la démarche c’est qu’il ne s’agit pas seulement d’amener des personnes handicapées à pratiquer la voile, mais faire de la régate, ce qui constitue le fin du fin de la navigation : rigueur, concentration, réactivité, endurance sont les qualités requises. Si l’ambition première était « au moins de ne pas finir dernier » selon le skipper Thierry Fortin, au fil des ans le bateau est monté plusieurs fois sur la plus haute marche du podium pour la plus grande joie de ses équipiers. Au final, peu importe la place, c’est avant tout une merveilleuse aventure humaine.

A la suite de chaque projection, nous aurons un moment d'échange avec les spectateurs présents et nous réponderons à toutes vos questions.
Puis un hommage sera rendu au Père Jaouen
En présence d’Isabelle Autissier et de Georges Pernoud avec la diffusions de deux films :

Michel Jaouen, seul Père à bord, après Dieu.
Réalisé par Aline Mortamet.
Une production France 3 Bretagne (3')
Né en 1920 sur l’île d’Ouessant, Michel Jaouen a embrassé très jeune la vocation de jésuite et l’a aussitôt mise au service d’anciens drogués. Dès la fin des années 1960, il propose aux ex-toxicos d’embarquer avec lui pour de longs mois, à bord du Bel Espoir, loin de toute tentation. Tout au long de sa vie, il a poursuivi sa voie, fidèle à sa philosophie : «Aimez-vous les uns les autres, avec ça vous faites le tour du monde».

Père Jaouen, Bel Espoir, quel avenir ?
Réalisé par Patrice Gérard (10'26)
Le jésuite Michel Jaouen fut aumônier de la prison de Fresnes pendant dix ans. Après avoir fait construire un immeuble à Paris pour accueillir ceux qui sortent de prison, il achète un vieux voilier, le Bel Espoir, pour les emmener en vacances. Pendant plus de quarante ans, le Père Jaouen a pris le large avec un éternel laïus prêché sur tous les tons : ne pas étiqueter les gens mais brasser la diversité, pour le plus grand bien de chacun. Aujourd’hui, autour du Bel espoir, les délinquants et les toxicos se font rares. L’association, installée à L’aber Wrac’h, est devenue au fil du temps une sorte d’auberge espagnole où se côtoient jeunes et vieux. Comme une arche de Noé sans règles précises, sinon celles d’y vivre dans la bonne humeur et le respect des autres.

Rendez-vous donc samedi 14 mai à 10 h au théâtre Chateaubriand

Interview François Floret