Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le vendredi à 8 h 10
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Voir et revoir biodiversité : un océan d’idées et de ressources

Les dauphins font partis des espèces protégées en Atlantique Nord / © Jérôme Gorin - MaxPPP
Les dauphins font partis des espèces protégées en Atlantique Nord / © Jérôme Gorin - MaxPPP

Avec une moyenne de 2000 nouvelles espèces marines découvertes chaque année, plus d’espèces ont été découvertes au cours de la décennie qui vient de s’écouler que jamais auparavant. Mais cette biodiversité reste très fragile.

Par Adélaïde Castier.

Ces dernières années, le mot biodiversité semble avoir franchi un cap important…il est passé du statut de terme « invisible » au plébiscite général.  Les médias, les enseignants, les artistes, tout le monde veut sa part de « biodiversité ». Et l’on ne va pas s’en plaindre car il y a urgence.
Le 6 mai 2019, la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur les services écosystémiques (IPBES), plus simplement (ou de manière plus imagée) appelé GIEC de la biodiversité  a lancé cet appel :

"Un million d’espèces animales et végétales, soit une sur huit, risquent de disparaître à brève échéance de la surface de la terre ou du fond des océans. Pour engager à  l’action, plutôt qu’à la résignation, celle-ci veut pourtant garder espoir : éviter le pire est encore possible, à condition de mettre fin à la surexploitation de la nature".

Littoral, le magazine des gens de mer s’est donc intéressé à cette délicate question, en ciblant forcément les espèces marines. A titre d’exemple, sur la liste rouge des espèces en danger de disparition, certains chiffres donnent le tournis : 7% des poissons, 31% des raies et des requins. Parmi les invertébrés, 33% des récifs coralliens, 27% des crustacés…

En choisissant quelques exemples d’homme et de femme qui au quotidien vont travailler « avec la mer et pour elle », Marine Barnérias part  en quête d’action concrète mis en place pour préserver cette biodiversité.
C’est le cas depuis 2007 du parc naturel marin d’Iroise. Cette zone, 1er parc naturel du genre en France, a mis du temps à voir le jour. Sa conception a nécessité plusieurs années de pourparlers et de tractations entre les élus, professionnels de la pêche et les habitants des îles du Ponant. Aujourd’hui, plus personne ne conteste l’importance de son existence, à commencer par les guides environnementaux qui se mobilisent pour la préservation de cet espace exceptionnel. Ici vit un quart de la population française de mammifères marins que l’on tente de protéger.
 
Travailler avec la mer et pour elle
Marine est avec Cécile et Yannis dans le parc naturel marin d'Iroise, leur rôle c'est de veiller à la protection du milieu marin ainsi qu’au développement durable des activités maritimes.

Un autre exemple, plus discret, c’est le fabuleux travail de recherche mené depuis près de 40 ans par Pierre Mollo autour du plancton. Ces microscopiques micros-organismes sont à la base des chaînes alimentaires de la vie marine. Rien de très excitant dit comme cela mais quand c’est Pierre Mollo qui expose, la magie opère : le plancton et le phytoplancton qui en dérive sont essentiels à l’équilibre de notre planète.
Pierre Mollo l'amoureux du plancton
Avec Pierre Mollo, le spécialiste du plancton, zooplancton et phytoplancton n'auront plus aucun secret pour Marine

Pour que tous ces travaux deviennent visible et accélérer la prise de conscience, il est désormais essentiel de parvenir à vulgariser la science. Il existe aussi pour cela de jolies façons d’extraire cette matière de son environnement et de la faire apparaître dans des supports artistiques. Pierre Mollo a ainsi composé une symphonie des profondeurs.
La voix des océans
Pierre Mollo et le pianiste Antonio Santana ont créé une symphonie de la mer, qui se raconte sur des images de planctons magnifiques, une oeuvre originale pour que le grand public prenne conscience de la fragilité du plancton.  - Pierre Mollo


A l’Institut Universitaire Européen de la Mer de Brest, le plongeur scientifique Erwan Amice sillonne la mer d’Iroise depuis plus de 15 ans afin de faire des prélèvements, des relevés ou des photos qui seront ensuite utiles aux biologistes, océanographes ou autres vulcanologues. Au départ document de travail, ces images sont aujourd’hui un merveilleux support pour faire découvrir au grand public le monde mystérieux de la vie sous-marine, surtout lorsqu’elles sont tirées d’expédition en milieux extrêmes tels que les zones polaires.

Pour voir l'émission dans son intégralité : 
 
Travailler avec la mer et pour elle






 

L'ambiance à Tout Rennes Court