• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le lundi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Massacre des Innocents

1629, le Batavia, navire affrété par la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales fait naufrage lors d’une tempête au large de l’Australie. Quelque 200 passagers atteignent les îlots inhabités de l’Archipel Houtman-Abrolhos. S’en suit une tuerie épouvantable. 

Par Sophie Bourhis

Par Martine Guilcher
Publié le 4 avril 2018


La Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales est dans les années 1600 la plus puissante des compagnies maritimes implantées  en Asie. Elle y effectue le commerce des épices.
L’un de ses fleurons, le Batavia,  fait naufrage en juin 1629 ; les rescapés atteignent un des îlots sauvages et exempts de toute vie humaine de l’archipel et le nomment le Cimetière. C’est sur ces terres ingrates et désolées que Jeronymus Cornelisz, survivant le plus gradé, prend le commandement du groupe livré à lui-même et manquant de tout. Sous des prétextes de survie, il décide de réduire la population de l’île avec l’aide de quelques hommes cupides et empreints  de sentiments les plus vils. Un horrible massacre est alors perpétré et organisé par le démoniaque Cornelisz et ses sbires.
Les actes les plus atroces se déchaînent  sur les victimes, hommes, femmes et enfants.
Seul un petit groupe commandé par le soldat sans grade Weybbe Hays parviendra sur un autre îlot et réussira non sans mal à combattre l’équipe sanguinaire sans foi ni loi.

De cet épisode épouvantable véridique, Marc Biancarelli nous plonge dans l’horreur absolue dans laquelle l’âme humaine peut parfois basculer. Tout y est : la cupidité, la vulgarité, la débauche, la violence la plus abjecte, le sang voire le « gore ».
D’aucuns pourraient passer leur chemin au bout de quelques pages… Qu’ils n’en fassent rien ! Marc Biancarelli nous révèle sous forme de 18 peintures (ou chapitres) une écriture ciselée, esthétique et théâtrale. Il nous relie à la riche peinture hollandaise et sa méthode du clair-obscur très souvent utilisée à cette époque ; ce clair-obscur que l’on retrouve dans l’âme humaine capable de bestialité, de vulgarité, d’atrocité, comme de délicatesse, de douceur, d’élévation voire d’héroïsme.
Au-delà de ces écrits, l’auteur nous emmène sur un terrain qui nous concerne tous : celui de l’interrogation intime et de la remise en question de nous-même. Et moi ? Comment aurais-je réagi ? De quel côté du fil de la vie aurais-je basculé ? Le clair ou l’obscur ? Quelle est cette alchimie entre événements extérieurs et pensées les plus intimes qui me ferait pencher du côté de la bienveillance envers mon prochain ou l’inverse ?

Question ô combien d’actualité en 2018…

Massacre des Innocents
De Marc Biancarelli
Editions  ACTES SUD
21 euros

Exposition War à la Courrouze