• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le mardi à 9 h 20
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Voir et revoir, le mont Saint-Michel, entre enfermement et liberté

Lentement mais sûrement, ce début de semaine ravivera de belles éclaircies en Normandie...
Lentement mais sûrement, ce début de semaine ravivera de belles éclaircies en Normandie...

Le Mont Saint-Michel est un lieu étonnant rempli de contrastes. C’est celui des grands espaces, de la mer, des grandes marées et en même temps celui de l’exiguïté, de l'étroitesse et de l'emprisonnement.

Par Sophie Bourhis


Atteindre le sommet. Monter les 350 marches qui nous séparent de l’abbaye, se frayer un chemin parmi cette foule de visiteurs et puis prendre le temps de s'arrêter, d'admirer un  jardin fleuri au milieu de tous ces murs. Le Mont-Saint-Michel est le 3éme lieu le plus visité de France. Il attire chaque année plus de 2,3 millions de visiteurs. Alors comment ne pas se sentir à l'étroit dans ces ruelles...

Jean sort de son jardin, il vient tout juste de nourrir ses poules et prend soin de bien fermer la grille. Jean Lebrec est l'un des derniers habitants du Mont. En comptant les religieux de l'abbaye, ils ne sont plus qu'une petite vingtaine. Il habite la plus ancienne maison du Mont, elle date du XIVème siècle. Entre la mer, la pierre et les touristes, c'est une vie difficile. C'est un combat quotidien pour continuer à vivre ici, mais surtout, il ne faut pas lui dire  qu'il habite dans une ville "musée". Jean est un artiste, un amoureux du Mont. Alors pour rien au monde il ne partirait. Par la fenêtre de chez lui, l'immensité de l'horizon et la liberté s'offre à lui.
 

Ici c'est la beauté, on vit dans le ciel, on a le ciel devant notre fenêtre, on est étonné tous les jours

 
Jean, Un habitant du Mont

Et puis encore ces marches, cette foule et ces ruelles. Avant d'atteindre enfin l'abbaye qui culmine à 90 m de hauteur, une petite porte s'ouvre le long des escaliers. C'est ici que vivent les Frères et Soeurs des Fraternités monastiques de Jérusalem. Ils ne sont que 12 aujourd'hui à vivre dans l'ancien logis abbatial perpétuant la vocation première de ce lieu: la Prière et l'Accueil. Ils assurent cette présence spirituelle depuis 2001. Propriété de l'État, l'abbaye est gérée par le Centre des monuments nationaux. Pour Sœur Claire Annaël, le Mont est un lieu de contraste entre isolement et  liberté, un lieu fait pour s'élever.
 

Ici, on est à l'étroit pour aller à l'essentiel

 
Le Mont-Saint-Michel, rencontre avec Sœur Claire Annaël

 
"Aller à l'essentiel, faire face à l'immensité", voilà un rêve qui anime les hommes et les femmes quand ils sont privés de libertés.  Annick et Sabrina, sont incarcérées à la prison des femmes de Rennes. le temps d’une permission, elles vont pouvoir traverser en toute liberté la baie du Mont Saint-Michel.
 

Un vent de liberté
Retrouver le goût de la liberté pendant une permission de quelques heures dans la baie du Mont - Audrey Lasbleiz


Loin des barreaux et des surveillants, avec pour seuls accompagnants les responsables de l’aumônerie de la prison, elles vont marcher pendant sept kilomètres pour traverser la baie et, peut-être, atteindre l’abbaye, point culminant de l’excursion. Pendant ces quelques heures précieuses, les filles vont retrouver des sensations oubliées en détention. Sentir le vent, respirer l’air marin, marcher dans la vase et dans l’eau, admirer le paysage qui s’ouvre à perte de vue. Pour Annick et Sabrina, l’expression « un vent de liberté » prend ici tout son sens.

Si vous souhaitez voir ou revoir cette émission
Littoral, Le Mont-Saint-Michel, un lieu salvateur

A lire aussi

Interview d'Emmanuel Ethis, recteur de l'académie de Rennes