Littoral - Le magazine des gens de mer

Le dimanche à 12 h 55, rediffusé nationalement le lundi à 8 h 50
Logo de l'émission Littoral - Le magazine des gens de mer

Voir et revoir Amours océanes

Il doit y avoir à peine 5 ou 6 milles entre Ouessant et Molène et pourtant elles se sont superbement ignorées pendant des générations et des générations, jusqu’à l’été dernier parce qu'une belle histoire d'amour est née. 

Par Sophie Bourhis

Littoral, cette semaine, deux très belles histoires d'amour. Molène et Ouessant, c’est 11 kms de distance, sauf quand l’amour s’en mêle. Amour toujours, Agnès la mécanicienne attend patiemment le retour au port de son mari pêcheur.

Il y a des mariages qui rassemblent un peu plus que deux personnes. Quand le maire de Molène se marie à Ouessant avec une Ouessantine, ce sont deux populations qui se rapprochent. Il y a déjà eu des mariages « mixtes » par le passé, mais le maire de Molène, marié par le Maire d’Ouessant, c’est une première ! Si elles se ressemblent beaucoup, Molène et Ouessant restent très différentes… Par leur tailles d’abord, molène de fait que 72 hectare, et fait passer sa voisine de 15 km2 pour une géante… Bien qu’elles ne soient distantes de que 6 miles (11 kilomètres), et bien que ce soit le même bateau qui les relient au continent, les deux îles se sont ignorées pendant longtemps… Les blagues qui rappellent cette ancienne rivalité ne manquent pas Ces dernières années, les deux iles se sont beaucoup rapprochées… L’amitié de Daniel Masson et Denis Palluel, les maires des deux îles, y est sans doute pour beaucoup. La conscience aussi peut-être que leur culture insulaire est commune, et qu’en fasse des mêmes enjeux et des mêmes problèmes ils ont intérêt à se serrer les coudes…
Avec Beaucoup de Sincérité et de simplicité, Daniel (le Molénais) et Christine (la Ouessantine) nous ont accueilli et nous ont fait découvrir leurs iles, pour nous présenter leurs différences, et leurs points communs
Les noces insulaires. Réalisation Alexandre de Seguins

A Port-en-Bessin, dans le Calvados, Agnès, telle une Pénélope des temps moderne, attend patiemment chaque semaine son mari pêcheur. Amoureuse de son Ulysse, elle a choisi ce petit monde de bateaux côtiers pour Odyssée. Et quand le bateau conjugal, le Jérémie Teddie, rentre de cinq jours de mer, Agnès devient mécanicienne en chef pour entretenir les 450 chevaux de son beau chalutier. Après avoir passé des années à exercer le métier d’administratrice, cette fille de mécanicien, passionnée par l’entretien des moteurs de voitures a fini par céder à la tentation. Celle d’assumer enfin et aux yeux de tous les acteurs de ce monde de pêcheurs un rien machiste, son envie de mettre les mains dans le cambouis. Entre deux entretiens mécaniques, Agnès ne reste jamais inactive. Quand elle ne pratique pas la course à pied sur le port, la voici enfourchant son VTT pour éprouver les sentiers forestiers, ou s’exerçant pour devenir ramendeuse, réparatrice de filets de pêche !
Agnès, mécanicienne et ramendeuse est devenue une amoureuse du monde de la pêche. Une véritable passion qu’elle a choisie pour mode de vie… Et alors ?
Amours océanes

 

Algues vertes : le décès de Thierry Morfoisse reconnu comme accident du travail