En direct Loi Travail

EN DIRECT: la manifestation contre les violences policières à Rennes

La place Charles-de-Gaulle se vide doucement, "rendue aux nuit debout" témoigne notre reporter sur place. Ce sont des petits groupes qui "s'évaporent" via les issues restées libres. Au dessus de nos têtes, l'hélicoptère survole toujours une zone compris entre la gare, et les deux ponts qui enjambent les voies de part et d'autres du quartier.

11:04

LES DERNIÈRES INFOS - Mis à jour le 14/05/2016 à 19:09

    Rennes: les forces de l'ordre resteront positionnées en centre-ville ce soir

    Le nouveau préfet  d’Ille-et-Vilaine, Christophe Mirmand, a réuni la maire de Rennes et les commerçants dans une réunion de crise à la Préfecture. Il est arrivé plus tôt que prévu de Corse afin d « organiser la riposte »

    Il a indiqué que les compagnies mobiles de CRS resteraient positionnées en centre-ville ce samedi soir.

    « Je leur ai demandé qu’il puisse être procédé à des interpellations pour que ces casseurs, ces responsables, soient poursuivis par l’autorité judiciaire » a expliqué Nathalie Appéré, le maire de Rennes, après que la ville ait été "saccagée"

    « Je leur ai demandé qu’il y ait des moyens exceptionnels de sécurité qui soient mis en œuvre à Rennes pour garantir le maintien de l’ordre, qui est une compétence exclusive de l’Etat » a-t-elle poursuivi.

    Réunion de crise à la Préfecture
    Christophe Mirmand est le nouveau Préfet d'Ille-e-Vilaine

    Nathalie Appéré : "Rennes ne baissera pas les bras"

    Dans un communiqué la maire de rennes, Nathalie Appéré, est revenue sur les incidents de ce vendredi soir à Rennes par des « activistes ultra-radicaux ».

    « Ils n’avaient qu’une seule cause, la haine contre l’ordre républicain, ses valeurs et son état de droit » poursuit le communiqué.

    Face aux nombreuses dégradations, elle a demandé à l’Etat d’activer la solidarité nationale pour compenser les préjudices subis.

    « Rennes s’est réveillée meurtrie mais Rennes ne baissera pas les bras » a-t-elle conclut.

    Un point-presse est prévu à 18h00 avec la préfecture

    Sammy, étudiant, choqué des violences policières

    Il s'appelle Sammy, et est étudiant en géographie. Il suit toutes les manifestations depuis le début du mouvement contre la loi travail. Aujourd'hui particulièrement, il voulait témoigner contre les violences policières, qui l'ont choqué.

    Il s'appelle Sammy, et est étudiant en géographie. Il suit toutes les manifestations depuis le début du mouvement contre la loi travail. Aujourd'hui particulièrement, il voulait témoigner contre les violences policières, qui l'ont choqué.

    No comment: ambiance dans la manifestation

    La place Charles-de-Gaulle s'est vidée doucement par petits groupes qui s'évaporent via les issues restées libres. Au dessus des têtes, l'hélicoptère survole toujours une zone comprise entre la gare et les deux ponts qui enjambent les voies de part et d'autre du quartier. Auparavent, un cortège a circulé autour de quelques rues, bordées par les CRS.

    Le centre-ville de Rennes reprend ses habitudes, et les rues commercantes se remplissent, alors qu'elles sont restées vides une partie de l'après-midi. Même s'il faut passer entre deux grilles de protections des CRS.

    Les manifestants quittent l'esplanade Charles-de-Gaulle

    La place Charles-de-Gaulle se vide doucement, "rendue aux nuit debout" témoigne notre reporter sur place. Ce sont des petits groupes qui "s'évaporent" via les issues restées libres. Au dessus de nos têtes, l'hélicoptère survole toujours une zone compris entre la gare, et les deux ponts qui enjambent les voies de part et d'autres du quartier.

    Les images de l'AFP

    Voici les premières photos de notre confrère de l'AFP, Damien Meyer, que vous retrouverez peut-être à la une de vos journaux demain, ou dans la presse en ligne incessamment.

    1405 montage photos AFP manif Rennes

    C'est le statu quo sur l'esplanade Charles-de-Gaulle, encerclée par les forces de l'ordre. les manifestants chantent, circulent un peu, mais surtout tournent en rond.

    Un live vidéo pour la manifestation

    On peut suivre une prise d'image en direct de l'esplanade Charles-de-Gaulle, via Ruptly sur Youtube.

    François Hollande: "Aucune violence ne doit être acceptée"

    Le président François Hollande a dénoncé les nombreuses dégradations commises vendredi soir dans le centre de Rennes par quelque 300 casseurs, estimant qu'"aucune violence ne doit être acceptée".

    "Même s'il est nécessaire d'assurer la protection d'un certain nombre de manifestations et d'assurer cette liberté, aucune violence ne peut être acceptée parce que justement elle atteint des biens, des personnes et en plus elle mobilise des forces de sécurité qui aujourd'hui doivent être essentiellement consacrées à la protection de notre territoire et de notre population face à la menace terroriste", a déclaré le chef de l'Etat en marge d'un sommet régional consacré à la lutte contre le groupe islamiste Boko Hara, au Nigéria.

    Un cortège est parti et se déplace entre le centre commercial Colombier et la gare. Il est bloqué par des CRS à différents accès. Des grenades lacrymogènes sont lancées par moments.
    C'est à suivre via Périscope:

    "Il y a déjà beaucoup de lacrymos": une radio éphémère au sein de la manif

    La radio libre et éphémère montée lors de l'occupation de la salle de la Cité, radio Croco, émet en direct depuis les rues de Rennes. Esplanade Charles-de-Gaulle, l'animateur commente ce qu'il a sous les yeux. le cortège bloqué par un cordon de CRS "qui nous empêche de nous exprimer".

    3il y a déjà beaucoup de lacrymos, je vais mettre mon casque de plongée, mais j'y vois plus rien..." explique-t-il.

    C'est une radio évidement militante, que l'on peut écouter ici: mixlr.com/radiocroco.

    Prises de paroles esplanade Charles-de-Gaulle

    Pour le moment, le rassemblement esplanade Charles-de-Gaulle se déroule dans le calme, de manière un peu improvisée. Des syndicats (CGT, Sud-PTT)  sont présents parmi les manifestants, qui sont entre 300 et 500. Des prises de paroles ont lieu, tour à tour, à l'aide d'un mégaphone. Des slogans anti-policiers sont scandés.

    L'ambiance esplanade du Général de Gaulle

    Entre 300 et 500 personnes se sont rassemblées esplanade du Général de Gaulle. L'ambiance est pour l'instant assez festive. Les syndicats CGT et Sud sont représentés parmi les manifestants.

    Des stations de métro fermées, des lignes de bus déviées

    la régie de transport, le Star, a adapté la circulation de ses bus en ville. Les stations de métro Saint-Anne et Charles-de-Gaulle ont été fermées, en raison de manifestation prévue en centre-ville de Rennes. 

    Toutes les informations ici: http://www.star.fr/accueil/

  • Afficher les messages précédents

Le reste de l'actualité