• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Etudier ou travailler à l'étranger : un plus dans un cursus

Elen raconte son expérience en Argentine à Christophe Blanchard, le bénévole en Ille-et-Vilaine pour AFS / © Marc-André Mouchère - France 3 Bretagne
Elen raconte son expérience en Argentine à Christophe Blanchard, le bénévole en Ille-et-Vilaine pour AFS / © Marc-André Mouchère - France 3 Bretagne

Partir étudier ou travailler à l'étranger pour les jeunes, c'est toujours un plus dans un parcours, mais le projet doit se mûrir. Avant ou après le bac ? Quel pays ? Quelle durée ? Pour quoi faire ? Rencontre avec deux jeunes filles, qui ont vécu ou vivent des expériences différentes.

Par Krystell Veillard

Parce qu'on le sait les voyages forment la jeunesse et la formule est aujourd'hui largement intégrée, on estime que 70 000 étudiants français partent chaque année, un effectif en constante progression. Pour ce qui est des plus jeunes, plus de 15% des lycéens et collégiens bretons, font des séjours hors de nos frontières, (11% pour l'ensemble du territoire national) que ce soient pour des séjours individuels ou des échanges scolaires.

Une année dans un lycée en Argentine


Elen, jeune Rennaise de 19 ans, a passé toute l'année dernière en Argentine, elle était scolarisée dans un lycée du pays et accueillie au sein d'une famille, qui comptait déjà deux filles. Elle a vécu durant une année une vie totalement nouvelle, le quotidien d'une jeune Argentine, à laquelle elle a dû s'habituer. Une nouvelle culture, un établissement scolaire inconnu, un foyer où il a fallu s'intégrer, comme une des filles de la famille. 

La lycéenne, désormais en classe de terminale, est partie après son bac de français, avec AFS, un des organismes qui encadrent ce genre de séjours. Le seul à être agréé par l'Education nationale. Celle-ci tolère plus facilement aujourd'hui cette pratique d'interruption de ses études mais ne l'a pas encore totalement intégrée, comme cela peut l'être dans les pays Anglo-saxons ou du Nord de l'Europe. 

L'organisme international, qui accompagne près de 350 jeunes Français dans leur projet de départ chaque année, prépare les jeunes à vivre cette année loin de leur famille et de leurs repères. On leur explique surtout que les moments difficiles les premiers temps n'ont rien d'exceptionnels et qu'il faut les dépasser. Ce que confirme Elen : "C'est pas facile de s'intégrer au début. il faut beaucoup observer, pour rentrer dans la vie d'une nouvelle famille, on est un peu comme un caméléon. Le but c'est de devenir comme un des membres de la famille. On n'est pas un invité."
Pour les familles, en fonction de la destination, une cinquantaine sont proposées avec AFS, il faut compter entre 4 500 et 11 000 €, frais de transport inclus, pour cette année à l'étranger. 

Une année au pair à l'étranger


L'immersion totale dans un pays, c'est aussi le but pour Kirsten Lawton. Anglaise, vivant à côté de Rennes, cette ancienne enseignante à l'université de Rennes 2, a créé en 2011 avec une amie, les Pipelettes, une agence de placement de jeunes au pair.

Une centaine de jeunes partent ainsi chaque année par son intermédiaire, pour un coût (frais de dossier, de placement, d'assurance...) variant selon la destination, de 220 à 550 €, sans compter le voyage.

Partir au pair, ça signifie s'occuper d'enfants au sein d'une famille, effectuer quelques heures de tâches ménagères, de 25 à 40h au total par semaine, en contre-partie du gîte, du couvert et d'un peu d'argent de poche de 50 à 100 € par semaine. Il n'y a donc pas de contrat de travail, et peu de temps pour étudier, hormis prendre des cours de langue, qui sont vivement conseillés.
Pour partir quelques conditions sont nécessaires, avoir 18 ans, quelques expériences de garde d'enfants, et c'est mieux, être en possession du permis de conduire. Une autre façon de vivre au sein d'une famille et une bonne méthode pour s'imprégner d'une culture et acquérir une langue.

Quelques conseils avant de partir


Il faut d’abord bien définir son projet. Partir avant ou après le bac ? Pour quelle durée ? Quelle destination ? Partir étudier ou travailler, au pair dans une famille, en tant que volontaire sur des chantiers à l'étranger. Les jeunes disposent de nombreuses possibilités.

Les étudiants peuvent eux partir dans le cadre du programme Erasmus, avec une université européenne partenaire de leur établissement, mais d'autre coopérations existent aussi avec d'autres destinations, Amérique du Sud, Etats-Unis, Canada, Australie, Asie...

Il faut prévoir une année pour bien mûrir et finaliser son départ, en ayant en tête que différentes aides financières sont possibles, auprès de l'Europe, de l'Etat ou des collectivités territoriales.

Le CIJB, le centre d’information jeunesse en Bretagne, avec son site « en route pour le monde » recèle sinon, une mine d’informations sur le sujet.


Le reportage de Krystel Veillard et Marc-André Mouchère

Partir étudier ou travailler à l'étranger : un plus dans un parcours
Le reportage à Rennes et Vern-sur-Seiche (35) de Krystel Veillard et Marc-André Mouchère.


Sur le même sujet

French Touch - Miossec

Les + Lus