• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Européennes : les mairies en panne de panneaux

À Hédé, une grande partie des panneaux a été réalisée manuellement. / © Isabelle Rettig
À Hédé, une grande partie des panneaux a été réalisée manuellement. / © Isabelle Rettig

La loi française impose que chaque liste participant à l'élection dispose d'un panneau devant chaque bureau de vote sur le territoire pour y apposer son affiche. Mais le scrutin du 26 mai voit 34 listes différentes d'affronter. Une galère pour les mairies de répondre à la demande en panneaux.

Par Corentin Bélard

Elles seront finalement 34. Le Ministère de l'Intérieur a validé la liste "Union pour une Europe au service des peuples" après l'avis du Conseil d'État. Ce total de 34 listes pour les élections européennes constitue un record, avec plus de 2.600 candidats. En 1999, date du dernier scrutin européen avec une circonscription nationale unique comme c'est le cas cette fois, il y avait 20 listes.

Ce qui peut paraître pour un formidable élan démocratique se révèle être un fardeau organisationnel pour les petites communes. La loi impose que chaque participant dispose d'un espace pour coller son affiche électorale. Mais 34 panneaux, c'est un coût faramineux pour les petites communes et leurs faibles budgets, nombreuses en Bretagne.
 

Des panneaux faits maison

Pour remédier au problème, plusieurs solutions s'offrent aux communes en manque de panneaux électoraux. Il est possible de coller les affiches en recto verso, même si cela est "fortement déconseillé par la préfecture d'Ille-et-Vilaine" qui l'a fait savoir dans un communiqué. Cela risque de mettre à mal la stricte égalité entre les candidats selon les services de l'État.
 

Alors que faire ? Un panneau classique en métal pour deux affiches électorales se vend entre 100€ et 200€. Hors de question pour les maires de dépenser à outrance pour cette élection assez fournie en candidats.
Les mairies peuvent tout à fait laisser des espaces libres sur les bâtiments publics pour y apposer lesdites affiches, à partir du moment où les proportions respectent celles des panneaux officiels.

Mais les communes peuvent tout simplement fabriquer les panneaux elles-mêmes. C'est le cas à Gévezé, où l'employé municipal a bricolé les 14 panneaux manquants avec le contreplaqué acheté par la mairie.
 
Serge Busvelle, employé municipal de Gévezé, fait preuve de ses talents de bricolage. / © Isabelle Rettig
Serge Busvelle, employé municipal de Gévezé, fait preuve de ses talents de bricolage. / © Isabelle Rettig

Gévezé n'est pas la seule commune a construire elle-même ses panneaux. La situation est similaire à Tinténiac non loin de là. 
 

Des panneaux vides ?

Cette situation inédite avec 34 listes participant à une élection induit que le travail est décuplé pour les mairies. Les édiles bretons devront s'atteler à la préparation du scrutin jusqu'au dimanche 26 mai, jour de l'élection. 
Un travail qui fait grincer des dents, quand on sait que la majorité des listes participantes n'apposeront pas d'affiche sur leurs espaces réservés, par manque de budget elles aussi.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Inauguration centrale solaire à Baud

Les + Lus