Expérimentation Ademe-restaurants en Bretagne : jusqu’à 14000 euros d’économies sur les achats alimentaires !

En 2019, l’ADEME Bretagne lançait une expérimentation unique en France avec 18 restaurateurs volontaires. Le but : réduire les dépenses d’énergie et le gaspillage. Les résultats sont étonnants… et encourageants !

Paul Conan et son équipe préparent le réveillon du 31 décembre et les commandes à emporter, plébiscitées
Paul Conan et son équipe préparent le réveillon du 31 décembre et les commandes à emporter, plébiscitées © N.Corbard - France Télévisions

Quoiqu’en disent ses détracteurs, l’écologie tient aussi aux petits gestes du quotidien. L’expérimentation menée par l’ADEME Bretagne en est la meilleure preuve. En 2019 et 2020, 18 restaurateurs (d’horizons divers : restauration rapide, gastronomique, ferme auberge, cafétéria, crêperie traditionnelle, etc...) ont testé une démarche environnementale d’excellence en mettant en oeuvre des actions relatives aux achats, l’énergie, l’eau, les déchets, l’approvisionnement, la biodiversité et les transports.

10 à 30% d’économies sur l’eau et l’électricité

Résultats ? des économies de 10 à 30% en électricité et en eau.

"Grâce à de petits investissements", tels que des détecteurs de présence, des mousseurs pour l'eau ou la récupération d'eau de pluie selon les cas, "10% à 30% d'économies rapides d'électricité et d'eau" ont été obtenues pour les 18 restaurateurs", indique Sophie Plassart, chargée de mission à l’ADEME Bretagne.

 

14000 euros d’économie en un an : la chasse anti-gaspi n’est pas anecdotique

Les résultats sont même assez impressionnants sur le poste "achats alimentaires". Des économies allant de "256 euros à 14.000 euros" sur un an, selon le type de restaurant, ont été réalisées en réduisant le gaspillage.

Un écolabel européen

Cette expérience avait aussi pour objectif  "d'élaborer un référentiel compatible avec les exigences d'une certification Écolabel européen".
Il existe un Ecolabel européen pour les hôtels mais pas encore pour les restaurants.
"Suite à cette expérience, un dossier va être constitué en vue d'une reconnaissance par la Commission européenne", précise Sophie Plassart.  

L' écolabel européen valorise un produit de consommation respectueux de l’environnement. Il garantit l’efficacité du produit et la réduction de son impact environnemental tout au long du cycle de vie, y compris lors des traitements de recyclages ou destruction. Appliqué au secteur de la restauration, il permettrait aux clients d'être renseignés sur la durabilité des pratiques des restaurants.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement transition énergétique énergie