Familles confinées : “Mettez un cadre en place, sinon ça va être invivable”

"Mettez un cadre en place. Quand c’est le moment de travailler, on travaille, quand c’est le moment de jouer, on joue." (Jean-Marie Philippe, psychologue scolaire). / © C.Aubaile / FTV
"Mettez un cadre en place. Quand c’est le moment de travailler, on travaille, quand c’est le moment de jouer, on joue." (Jean-Marie Philippe, psychologue scolaire). / © C.Aubaile / FTV

Pas toujours facile de se supporter les uns les autres quand on est 24 heures sur 24 enfermés ensemble dans la même maison ou le même appartement. Voici les conseils de Jean-Marie Philippe, psychologue scolaire, pour que la vie de famille ne vire pas au cauchemar en période de confinement.

Par Bleuenn Le Borgne


Nous avons reçu plusieurs témoignages de parents, confinés avec leurs enfants depuis trois jours. Difficile parfois de vivre ensemble… Voici ce que Laurence, mère de trois enfants, nous écrit : " Ça va être dur je pense. Il y a les devoirs à faire. Mon dernier de 12 ans ne veut pas travailler, comme d'habitude. Donc on s'engu****.  Mon mari ne peut pas télétravailler car on fait du bruit. Donc on s'engu****.  Je pense que ça va être très chaud... ".

Le confinement est une situation tout à fait inédite pour les familles. Les difficultés relationnelles déjà existantes sont multipliées. Jean-Marie Philippe, psychologue scolaire en RASED à Lannilis (29), nous livre son analyse de la situation et donne quelques conseils pour tenter de traverser cette période difficile avec le plus de sérénité possible. 
 
Jean-Marie Philippe, psychologue scolaire : "Pendant, le confinement, il ne faut pas essayer de remplacer l’enseignant, c’est peine perdue". / © DR
Jean-Marie Philippe, psychologue scolaire : "Pendant, le confinement, il ne faut pas essayer de remplacer l’enseignant, c’est peine perdue". / © DR


Comment organiser le rythme de la journée pour les enfants, entre travail scolaire et temps de pause ?

Mettez un cadre en place. Un cadre souple, parce que la période est particulière, mais un cadre quand même. Quand c’est le moment de travailler, on travaille, quand c’est le moment de jouer, on joue. Et on va jusqu’au bout des tâches. S’il y a un exercice à finir, on le finit. Il y a une règle, un temps donné. Vous mettez un contrat en place avec vos enfants et c’est vous qui êtes garant du contrat. Sinon, ça va disjoncter en quelques jours et ça va être invivable.

Chaque enseignant a laissé des instructions. Donc il s’agit de suivre ce qui a été laissé par l’enseignant. Même si, selon moi, certains se trompent, en donnant trop de travail à faire. Certains professeurs des écoles en demandent trop aux enfants et ça part dans tous les sens à la maison. Limitez ce que vous demandez à vos enfants à des applications, à des choses simples. Il s’agit juste d’entretenir une petite machine à penser, à écrire, à lire, à compter. 


Beaucoup de parents ne se sentent pas capables d’aider leurs enfants. Devenir prof, ça ne s’invente pas. Que leur répondez-vous ?

Il ne faut pas essayer de remplacer l’enseignant, c’est peine perdue. C’est un métier difficile, qui nécessite de s’adapter à l’enfant, de connaître ses fonctionnements cognitifs et d’apprentissage.

Soyons modestes en tant que parents.

Le rapport avec son enfant devenu élève peut vite dégénérer. Écoutez et posez-lui des questions plutôt que de lui dire que vous savez. Quand il se trompe, posez-vous les questions avec lui : "Qu’est ce qui ne va pas là ?" et non pas "Ben tu vois pas non ?! Je te l’ai dit trois fois !" ou pire encore : "Mais tu comprends pas là !". Quelque soit votre niveau d’étude vous êtes parfaitement apte à l’accompagner. N’oubliez pas, votre enfant n’a pas besoin de parents qui savent tout, il n’y a rien de pire pour un enfant parce qu’il sait qu’il ne les satisfera jamais. Votre enfant a besoin de parents qui ne savent pas mais qui cherchent avec lui. Ensemble, vous pouvez résoudre un problème, corriger une faute d’orthographe… Cela autorise votre enfant, comme vous, à vous tromper, à réessayer, à trouver d’autres stratégies. Les enseignants ont fait 5 ans d’études, voire plus, pour essayer de préparer ce qui est impréparable : leur classe. Dites-vous que cette situation est transitoire et que vos enfants finiront par retourner en cours. Ce n’est pas grave si vous n’y arrivez pas.


Beaucoup de parents sont actuellement en télétravail. Est-ce garde d’enfants et télétravail sont compatibles ?

Non. C’est impossible à concilier. On appelle cela une injonction paradoxale. Ce sont deux ordres contradictoires. Les parents ne peuvent pas suivre leurs enfants à la maison et travailler en même temps.

C’est impossible d’assumer les deux, il y a de quoi devenir fou.

Donc il faut choisir. Et c’est encore une fois le cadre que vous allez mettre en place qui va vous aider à bien faire les choses. Quand il y a deux parents qui télétravaillent, il est possible de mettre en place un fonctionnement du type "Je travaille le matin et l’après-midi je m’occupe des enfants. Demain on inverse". Il faut savoir dire "non ": "Non là je ne peux pas ". Et il faut pouvoir le dire à son employeur notamment : "Non, là je m’occupe de mes enfants." C’est aux entreprises de comprendre cela. 


Comment organiser les activités de la famille pour bien vivre ensemble ?

Alternez les moments individuels et de groupe. Si vous avez plusieurs enfants, apprenez-leur à travailler avec leurs frères et sœurs. Cela leur permet d’appréhender des fonctionnements cognitifs très élaborés où ils sont obligés de se faire comprendre par le reste de la fratrie. C’est du travail collaboratif dont ils vont avoir besoin toute leur vie. Pensez aussi à l'alternance intellectuelle/corporelle. Trouvez des activités à faire chez vous : danse, couture, bricolage,...

Il est important également de mettre en place des projets.

A chaque fois que l’on met un projet en route, on met toutes les structures cognitives et affectives en action. Pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardin, ça peut être fabriquer un nichoir par exemple. Il va falloir le construire, trouver les matériaux à la maison, discuter ensemble de la taille du nichoir, de son emplacement… Rentrez aussi les activités ménagères dans votre emploi du temps. Incitez vos enfants à faire des activités qu'ils pensent sexuées, ils n'en seront que plus autonomes plus tard. Il est nécessaire d’ailleurs dans le couple, de partager les tâches soient réparties le plus équitablement possible. C’est l’occasion de montrer aux enfants que telle ou telle tâche n’incombe pas aux filles ou aux garçons. Il est également important que chaque parent ait du temps pour lui. Si l’un s’occupe des enfants, l’autre le laisse et se repose. Et il ne faut pas que ce soit toujours le/la même qui fasse les mêmes choses. L’idée est d’alterner le plus possible.


Le confinement est-il le moment propice pour régler ses problèmes familiaux et conflits de couple ?

Non, vous ne réglerez rien. Certains vont croire que le confinement est le moment de faire un constat et vont tout remettre en cause. Ce n’est pas le temps pour cela. Vous ne risquez de ne voir que les défauts de l’autre et ressasser ce qu’il s’est passé il y a deux ans, cinq ans, dix ans ou plus…

Pendant la période de confinement, il s’agit surtout de faire en sorte que les problèmes familiaux n’atteignent pas un niveau critique.

Si le ton monte, il est préférable de se taire et de passer à autre chose. Ce n’est pas le moment de se régler ses comptes, c’est plus le moment de se faire des câlins. C’est le moment d’écouter l’autre mais sans donner d’avis. Sachez que les enfants subissent forcément les tensions du couple. Il est donc important de ne pas disqualifier l’autre parent devant les enfants, ne serait-ce que par un petit mot, ou une mimique… Gardez en tête que le confinement est une situation transitoire et que vous reviendrez à la vie normale.
 

Sur le même sujet

Les + Lus