• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

FFF : le président Noël Le Graët candidat à sa propre succession

Noël Le Graët, président de la Fédération Française de Football / © AFP - F. Fife
Noël Le Graët, président de la Fédération Française de Football / © AFP - F. Fife

Le président de la Fédération Française de Football (FFF), le Costarmoricain Noël Le Graët, a annoncé vendredi sa candidature à sa propre succession. L'élection est prévue le 18 mars 2017. Noël Le Graët, 74 ans, dirige la FFF depuis juin 2011 et a été réélu une première fois en 2012.

Par avec AFP


Il avait pourtant dit il y a deux ans qu'il ne se représenterait pas. Mais à 74 ans, Noël Le Graët, est le patron incontesté du foot français, loin des dissensions de la LFP (Ligue de Football Professionnelle). Et sa vitrine, l'équipe de France, reste sur une finale de l'Euro et a reconquis les coeurs.

Alors le Breton a logiquement annoncé qu'il briguerait un nouveau mandat de quatre ans à la Fédération (élection le 18 mars 2017). Il avait réuni pour cela les familles du ballon rond dans un salon du Stade de France quelques heures avant le coup d'envoi de France-Suède. Et leur a lancé dans son style inimitable: "J'ai hésité très longtemps, j'ai 75 ans (il les aura le 25 décembre), je sais que je les fais pas. Je vous donne ma parole d'honneur: j'ai pas de coup de mou ! Je vous remercie pour ces applaudissements, ça ressemble un peu à des primaires. Je repars avec l'idée de faire quatre ans".

Incontournable dans le foot français

Personnage le plus puissant du football français et véritable animal politique, l'ancien maire de Guingamp et deux fois président du club de la ville (1972-1991 et 2002-2011), l'En-Avant de Guingamp, ne devrait théoriquement pas avoir du mal à rempiler. Ses deux rivaux, l'avocat François Ponthieu, ex-patron de la DNCG, le gendarme financier du football, et Jean-Pierre Clavier, cofondateur du Conseil national des supporteurs de football (CNSF), ne font pas le poids.

A lire aussi

Sur le même sujet

Réaction de Laurence Maillart-Méhaignerie, signataire de la tribune. Députée LREM de la 2e circonscription d'Ille-et-Vilaine

Les + Lus