• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Brest: des chercheurs bretons découvrent la formidable propriété des diatomées

Les diatomées, des micro-organismes qui permettent de transférer du carbone organique jusqu’au plus profond de l’océan. / © F. Fox/picture alliance / blickwinkel/F/Newscom/MaxPPP
Les diatomées, des micro-organismes qui permettent de transférer du carbone organique jusqu’au plus profond de l’océan. / © F. Fox/picture alliance / blickwinkel/F/Newscom/MaxPPP

Des chercheurs de l'Institut Universitaire Européen de la Marine de Plouzané (IUEM), accompagnés de collègues, ont découvert la propriété des diatomées. Elles permettent de stocker le carbone dans les océans et jouent ainsi un rôle dans la régulation climatique.

Par Alicia Foricher

Une avancée majeure dans la science marine ! Une équipe internationale composée de chercheurs de l'Institut Universitaire Européen de la Marine (IUEM) de Plouzané, près de Brest, vient de découvrir le pouvoir des diatomées à carapace de verre. Ces micro-organismes permettent de transférer du carbone organique jusqu’au plus profond de l’océan où il peut être stocké durant plus d’un siècle.

Une découverte importante


Les chercheurs savaient déjà que les diatomées pouvaient emprisonner le carbone dans les océans jusqu'à une certaine profondeur. "On pensait que les carbones qu'elles transportaient s'arrêtaient vers 1 000 mètres et non pas 5 000 mètres" explique Paul Tréguier, professeur émérite, à l'IUEM. C'est-à-dire que le fond de l'océan garde les carbones près d'un siècle.


Mauvaise nouvelle pour le fond de l'océan


Une bonne nouvelle pour l'atmosphère et le réchauffement climatique, mais pas forcément pour les abysses. "Ce n'est certainement pas la solution absolue à notre problème de gaz carbonique dans l'atmosphère. Lorsque le gaz carbonique est transporté en profondeur, il y a une surconsommation de l'oxygène (...) on voit de nombreuses zones de l'océan ne plus avoir assez d'oxygène pour que les autres organismes soient contents d'y vivre (...) donc oui ça freine le réchauffement climatique mais il ne faut pas compter sur la pompe biologique de carbone pour compenser toutes les émissions qu'on fait" prévient Brivaëla Moriceau, chercheur au CNRS.

En d'autres mots, lorsque le gaz carbonique reste en profondeur, certains organismes n'ont plus assez d'oxygène pour pouvoir y vivre. 

Publication dans la revue Nature


Leur article a été publié dans la célèbre revue Nature. Aujourd'hui les trois chercheurs de l'IUEM vont poursuivre leurs travaux, en collaboration avec des scientifiques étrangers. L'objectif est d'étudier les capacités d'adaptation des différentes espèces de diatomées au réchauffement des océans, et d'estimer si elles pourront dans ces conditions, continuer leur mission de pompe biologique de carbone.

Découverte de la propriété des diatomées


A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus