• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Deux ans de prison ferme pour l'ultranationaliste Boris Le Lay

Balance de la justice / © AFP - D. Meyer
Balance de la justice / © AFP - D. Meyer

Le blogueur ultranationaliste breton Boris Le Lay a été condamné jeudi soir par le tribunal correctionnel de Brest, à deux ans de prison ferme pour incitation à la haine raciale. Une condamnation de plus pour ce militant ultranationaliste qui multiplie les provocations à la haine ou à la violence.

Par La rédaction

C'est en son absence, que l'animateur du site d'extrême droite Breizh Atao a été condamné à de la prison ferme. Le blogueur Boris Le Lay était poursuivi pour provocation à la haine raciale à l'encontre d'une magistrate quimpéroise, insultes postées sur son site internet en septembre 2015.

Mandat d'arrêt

Après être revenu sur ses multiples infractions à caractère raciste, pour lesquelles il a déjà été condamné à des amendes, à des peines de prison avec sursis et également à de la prison ferme jamais effectuée, le tribunal est allé plus loin que les réquisitions du parquet, comme le relate le Télégramme. Alors que la procureure de Brest avait requis huit mois de prison ferme, l'ultranationaliste écope de deux ans ferme : un an pour les faits traités et un an de plus correspondant à la révocation d'un sursis d'un an prononcé par la cour d'appel de Rennes en 2013. La peine est de plus assortie d'un mandat d'arrêt.

De multiples condamnations

Ce mandat d'arrêt est le troisième lancé à l'encontre de Boris Le Lay comme le précise Ouest-France. La précédente condamnation de celui qui lance ses provocations racistes par le biais de son site Breizh Atao date de mai 2015. Il avait alors été condamné à 6 mois de prison ferme pour des motifs identiques à l'encontre du sonneur bigouden Yannick Martin.

Natif de Quimper, Boris Le Lay est supposé vivre au Japon.

A lire aussi

Sur le même sujet

French Touch - Miossec

Les + Lus