Valérie Lazénnec et Philippe Nicol, qui se battaient depuis des mois, vont devoir se séparer d'une partie de leurs terres, 15 hectares sur les 65 qu'ils exploitent en agriculture biologique. Ces parcelles serviront à la création d'un éco-quartier et d'une extension d'une zone artisanale. En compensation, la ville leur propose 7 hectares, mais non convertis au bio. C'est l'objet de l'accord, signé jeudi dernier. Un accord qui laisse sceptique le couple d'exploitants et les riverains qui les soutiennent. 
 

Des questions sur la politique foncière et les modes d'habitat en ville

Le collectif interroge en effet la politique urbaine de la ville et souhaiterait lancer un débat sur les modes d'habitat. Les élus rappellent de leur côté, les efforts faits en matière de renouvellement urbain et expliquent qu'il leur faut répondre à la demande. 
 

Un bail rural proposé au couple d'exploitants

Un bail rural sera proposé aux exploitants, un cadre sécurisant d'après la ville. Le couple, qui n'est en effet pas propriétaire des terres, exploitées pourtant par leur famille depuis cinq générations, espère que la pérennité de leur ferme ne sera pas remise en question. 
 

Le reportage à Brest de Florence Malésieux et Gilbert Quéffelec

Ce contenu n'est pas compatible AMP.