Les sites du blogueur ultranationaliste breton Boris Lelay piratés et mis hors ligne par un hackeur

Supposé vivre au Japon et poursuivi par un mandat d'arrêt, le Quimpérois d'origine Boris Lelay, a été condamné à plusieurs reprises à de la prison ferme pour incitation à la haine raciale, via les réseaux sociaux. Introuvable encore aujourd'hui, c'est un hackeur qui vient de mettre un coup d'arrêt à la propagation de ses messages racistes.

Boris Le Lay est un des grands noms de la frange la plus radicale de l’extrême droite française : nationaliste breton, animateur du site d'ultra droite Breiz Atao, il exprime son antisémitisme et son racisme sans aucune pudeur. Fiché S par les services de renseignement, il était soupçonné d’être exilé au Japon afin d’échapper à la justice française qui l’a déjà condamné à plus de dix ans de prison ferme pour injures racistes, provocations à la haine raciale et contestation de crimes contre l’humanité.

 

Mais aujourd'hui, selon les informations de la newsletter de StreetPress et de Numerama, plusieurs sites de Boris Le Lay, dont Démocratie participative, ont été mis hors ligne début février 2022. Et cela, en raison de l’action d’un hacker. Ce dernier a saboté les espaces du militant d’extrême droite à partir d’identifiants dérobés et a réussi à supprimer le serveur de certains sites. Des informations sensibles sur leur administrateur ont également fuité.

Une information retweeté par le député LaREM des Côtes d'Armor Eric Botherel sur son compte.

Pour rappel, en 2011, Yannick Martin, sonneur noir du bagad Quimper avait porté  plainte pour insultes racistes à l'encontre du site internet Breiz Atao. L'enquête a pu démontrer que derrière ce site se cachait l'identitaire Boris Le Lay.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité