Mort d'Owen : le tribunal de Brest requiert 1 an de prison ferme contre la conductrice

La famille Morvan entourée de ses soutiens devant le tribunal de Brest / © M. Herry - France 3 Bretagne
La famille Morvan entourée de ses soutiens devant le tribunal de Brest / © M. Herry - France 3 Bretagne

Owen Morvan, 14 ans avait été renversé par une voiture en 2012. Le procès de la conductrice avait lieu ce 17 mai au tribunal de Brest. La décision est mise en délibéré au 3 juillet. 3 ans de prison, dont deux avec sursis ont été requis contre elle. 

Par Emilie Colin

Le procès lié au décès d'Owen Morvan avait lieu ce jeudi 17 mai au tribunal de grande instance de Brest. L'adolescent de 14 ans est décédé en 2012, après avoir été renversé par une voiture. Il circulait alors à vélo de Plouguerneau à Lesneven avec un ami. Au moment des faits, la conductrice, une septuagénaire consommait des médicaments de niveau 2 et 3, pas compatibles avec une conduite alerte. Pour les parents d'Owen, cette prise de médicament aurait dû être considérée comme une circonstance aggravante.

Trois ans de prison requis, dont deux avec sursis


Le tribunal a requis trois ans de prison, dont deux avec sursis à l'encontre de cette conductrice aujourd'hui âgée de 78 ans, poursuivie pour "homicide involontaire". Une annulation de son permis de conduire a aussi été demandée ainsi que l'interdiction d'en solliciter un nouveau dans les cinq ans à venir. La septuagénaire n'envisageait de toute façon pas de conduire à nouveau. 

Pendant le procès, elle n'a pas exprimé de regrets ni présenté d'excuses mais plutôt évoqué sa souffrance. Sur le souhait de la famille d'Owen d'ouvrir un débat sur les médicaments au volant, Maître Bertrand Labat, avocat de la prévenue a tenu à rappeler que le tribunal n'était pas l'Assemblée nationale. "Les parties civiles demandent un jugement exemplaire, moi je vous demande une application juste et sereine de la loi pénale" a t-il indiqué tout en soulignant que le combat de Daniel et Marie Morvan était louable. 

Pour la famille Morvan, le procès incarne une étape pour avancer même si elle juge l'attitude de la prévenue "inhumaine". Pour les parents d'Owen la prévention sur les impacts des médicaments sur la conduite ne suffit plus, il faut désormais une législation sur le sujet.

Témoignage de Marie Morvan, mère d'Owen au procès à Brest
Images et entretien C. Aubaile, S. Soviller






A lire aussi

Sur le même sujet

Comment changer de prénom ou de nom ?

Les + Lus