Trafic aérien : reprise progressive des vols entre Brest et Paris

Deux vols par semaine contre neuf par jour avant la crise sanitaire. Le trafic aérien reprendra progressivement entre Brest et Paris à compter du 11 mai prochain. Les aéroports de Quimper et Rennes restent à l'arrêt. 
L'aéroport de Brest transporte plus d'un 1 million de passagers par an. Ce chiffre verra une baisse en 2020 à cause de l'épidémie de coronavirus
L'aéroport de Brest transporte plus d'un 1 million de passagers par an. Ce chiffre verra une baisse en 2020 à cause de l'épidémie de coronavirus © PHOTOPQR/LE TELEGRAMME/MAXPPP

Depuis la semaine du 17 mars, l'aéroport de Brest fermé aux vols commerciaux, tout comme ceux de Rennes et Quimper, n'assure plus que les vols sanitaires. L'aérogare est fermé et le personnel placé en chômage partiel.

Dans ce contexte totalement inédit, la reprise progressive du trafic s'organise. Les premiers vols seront assurés par Air France à partir du 11 mai avec deux allers et retours par semaine les lundis et vendredis. La rotation prévoit un départ de Roissy Charles de Gaulle à 9 h 55 et un décollage de Brest à 11 h50.
Sur son site, la compagnie propose ces vols au tarif de 51 euros. 

Toutes les précautions seront prises pour assurer la sécurité sanitaire des passagers 

 "Cela concerne principalement les mesures de distanciation sociale",  précise Loïc Abjean, le directeur des aéroports de Brest et Quimper. "On a commencé à faire du marquage au sol. Des plexiglas seront également installés aux comptoirs. On appliquera toutes les consignes de l'Agence Régionale de Santé." Des mesures identiques sont déclinées par la compagnie Air France à bord de ses avions, à savoir distanciation sociale et quand ce n'est pas possible port de masques, filtration de l'air en cabine toutes les trois minutes, désinfection de l'appareil. 

Le trafic ne reprendra pas tout de suite à Quimper puisque l'aéroport d'Orly est toujours fermé. Aucune éclaircie non plus pour l'aéroport rennais qui reste fermé jusqu'à nouvel ordre. 

Une catastrophe économique

L'aéroport de Brest a perdu 100% de son trafic en avril et 50% en mars par rapport à la même époque l'an dernier.   "En avril 2019 nous avions transporté 108 000 passagers" précise Loïc Abjean qui comptabilise quelques 45 vols par jour en temps normal et déplore "une perte de chiffre d'affaires colossale".

On parle beaucoup de la tempête qui secoue les compagnies aériennes mais c'est aussi un sacré trou d'air que traversent les aéroports qui se voient privés d'activité et donc de revenus. "Pour l'instant, le trafic se limitera aux vols domestiques. Pour l'étranger, il va falloir patienter". 

Le 11 mai, l'aéroport de Brest sera l'un des premiers à rouvrir avec Montpellier et Bordeaux. Nice, Marseille et Toulouse qui n'ont pas fermé pendant la crise ont eux assuré essentiellement des vols de rapatriement ou des vols sanitaires. 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 transports aériens sécurité économie transports société santé