Trophée Jules-Verne : Joyon et Guichard vont franchir l'équateur

Publié le Mis à jour le
Écrit par AFP

Francis Joyon (Idec Sport) et Yann Guichard (Spindrift 2) devraient franchir l'équateur en un temps record dans la nuit de jeudi à vendredi, première marque virtuelle dans leur chasse au Trophée Jules-Verne, le tour du monde sans escale et sans assistance.

Les deux maxi trimarans ont été ralentis par le redouté Pot-au-Noir, ce passage à niveau météorologique qui barre l'Atlantique d'est en ouest, mais ils étaient en train de s'en extraire jeudi soir.

En avance sur le record

Tous deux devraient basculer dans l'hémisphère Sud en plus ou moins cinq jours et améliorer ainsi le temps de référence entre la ligne de départ, à Ouessant, et l'équateur. Ce record appartient depuis novembre 2011 à l'actuel détenteur du Trophée Jules-Verne, Loïck Peyron (Banque Populaire V) en 5 j 14 h et 55 min. 

"On a encore de l'avance ? 200 milles ? C'est bien ça, les gars vont être contents." Joint au téléphone jeudi à la mi-journée, Joyon n'était pas mécontent de s'extirper du Pot-au-Noir, où alternent calmes et grains violents. Un coup de vent particulièrement soudain a d'ailleurs contraint l'équipage d'Idec Sport (30 m) à rouler le grand gennaker (foc) rapidement, pour franchir cette zone dangereuse sans aucune voile d'avant, sous les éclairs et les trombes d'eau.

Des conditions météo difficiles

Vigilance maximale également à bord de Spindrift 2 (40 m). Les conditions météo sont difficiles à appréhender, obligeant les marins à s'adapter très vite à un vent oscillant brutalement entre 5 et 25 noeuds. Un seul mot d'ordre pour les chefs de quart et les barreurs : ne pas se faire surprendre et bien anticiper.

A 18h30 (heure française), les deux multicoques possédaient une avance de 200 (Idec Sport) à 240 (Spindrift 2) milles sur le temps de Banque Populaire V. Le Trophée Jules-Verne est détenu depuis janvier 2012 par Peyron et l'équipage de Banque Populaire V en 45 j 13 h 42 min. Pour s'en emparer, Joyon et Guichard vont devoir maintenir une moyenne supérieure à 19,75 noeuds (36,5 km/h) sur un parcours de quelque 21.600 milles (environ 40.000 km).