Cet article date de plus de 4 ans

Landivisiau (29) : percutée par un TGV, une automobiliste décède

Vers 16h ce lundi, un TGV a percuté une voiture au passage à niveau 288 à Landivisiau dans le Finistère. Le véhicule a été pulvérisé dans le choc. La conductrice, une femme de 55 ans est décédée. Le trafic est interrompu sur les deux voies.  
Le TGV à l'arrêt après avoir percuté une voiture au passage à niveau de la gare de Landivisiau (29)
Le TGV à l'arrêt après avoir percuté une voiture au passage à niveau de la gare de Landivisiau (29) © J.P. Lyvinec
C'est le TGV de 15h40 en provenance de Brest et à destination de Paris qui a heurté la voiture au niveau du passage à niveau situé près de la gare de Landivisiau. La voiture a été éjectée sur le bas coté, complètement broyée. La conductrice, une Finistérienne de 55 ans seule dans le véhicule, n'a pas survécu à la violence du choc. Le train, en vitesse de croisière au moment de l'accident, s'est arrêté 500 mètres plus loin.
Le TGV endommagé après avoir percuté une voiture à Landivisiau
Le TGV endommagé après avoir percuté une voiture à Landivisiau © J.P. Lyvinec

Trafic SNCF interrompu

Les pompiers sont intervenus sur place. Ils sont montés dans les wagons pour voir si des voyageurs étaient choqués. Ces derniers ont eu interdiction de descendre du train. Le TGV légèrement endommagé à l'avant a pu repartir après une immobilisation de plus de deux heures. La voiture ayant été projetée sur un transformateur électrique, les gendarmes ont dû patienter jusqu'à 19h pour que l'alimentation électrique des voies soit coupée afin de procéder aux investigations sur le véhicule et à la levée du corps. Le trafic SNCF ne pourrait reprendre totalement qu'en soirée.

Le trafic SNCF est interrompu dans les deux sens entre Morlaix et Landerneau. Six TGV sont impactés par l'accident. La SNCF met en place un service d'autocars afin d'acheminer les voyageurs jusqu'à Morlaix (pour rejoindre la capitale) et Landerneau (pour se rendre à Brest).

Les TER sont remplacés par des cars mis à disposition par la SNCF.

L'enquête doit déterminer les circonstances exactes du drame. Il pourrait s'agir d'un suicide, un témoin ayant rapporté que le véhicule et sa conductrice avait attendu plusieurs minutes près de la voie ferrée avant de s'engager sur le passage à niveau au moment où les barrières s'abaissaient à l'arrivée du TGV.

La gendarmerie précise que toutes les autres pistes restent néanmoins envisagés.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
accident faits divers sncf transports