Depuis 3 ans, Galina attend de pouvoir retrouver ses enfants

Galina a élu domicile en Bretagne où elle vit, depuis 3 ans, avec son nouveau mari, Nicolas, originaire de Saint-Pol-de Léon. / © Florence Malésieux
Galina a élu domicile en Bretagne où elle vit, depuis 3 ans, avec son nouveau mari, Nicolas, originaire de Saint-Pol-de Léon. / © Florence Malésieux

Une famille recomposée de Plouvorn, dans le Finistère, vit dans l'attente interminable de la venue des jeunes enfants de la maman, d'origine russe.

Par Stéphane Grammont

Une discussion via Internet, c'est le lot quotidien de Galina, cette jeune femme russe : elle est en lien, chaque soir, par Skype avec sa famille, sa grand-mère et ses 2 enfants basées à Astrakhan, en Russie.

Un rendez-vous essentiel pour cette professeure de français, qui vit dans l'attente de la venue de son fils et sa fille.

Elle a élu domicile en Bretagne où elle vit, depuis 3 ans, avec son nouveau mari, Nicolas, originaire de Saint-Pol-de Léon.

je pleure tous les soirs


Mais sa demande de regroupement familiale, formulée il y a un an, reste sans réponse... Une situation éprouvante pour elle et ses enfants.

"Ils savent qu'on fait des démarches, ils savent qu'ils doivent venir en France avec leur maman, mais on ne sait pas quand, et cela fait 3 ans que cela dure" raconte Galina.

"Ma fille elle a 5 ans, et à chaque fois elle pose la question: quand est-ce que tu viendras me chercher ?" poursuit Galina, "je ne sais pas quoi pas luui répondre, je pleure tous les soirs".

Depuis 3 ans, Galina attend de pouvoir retrouver ses enfants
Reportage: Florence Malésieux, Carole Collinet-Appéré


Les enfants de Galina sont à la charge de leur grand-mère, âgée et malade, en Russie. La situation devient urgente. Pourtant, rien ne semble bouger au niveau de la Préfecture du Finistère, qui a le pouvoir d'accorder ce regroupement familial.

Pourtant, elle estimait avoir rempli toutes les conditions requises pour une telle demande : l'acquisition d'une maison assez grande, l'obtention renouvelée d'un contrat de travail dans un hôtel de Carantec et surtout, le précieux sésame, l'accord déterminant de son ex-mari, plutôt réticent à cette démarche au départ.


Une réponse dans les prochains jours ?


Tout est prêt, pour accueillir les jeunes enfants, ici : leur chambre est bien préparée, ils sont déjà inscrits à la sécurité sociale et à l'école privée du bourg pour la rentrée.

"On aurait voulu qu'ils soient là un mois avant, pour qu'ils puissent rencontrer des gens, faire une pré-rentrée, ne savons pas comment faire" estime Nicolas, "et on n'a pas d'informations de l'administration, là-dessus ils pourraient être plus humains"

En l'absence de réponse, la jeune femme a déposé un recours auprès du tribunal administratif de Rennes.

Les services de la préfecture assurent que le dossier est en cours de traitement et que les délais sont respectés.

Elle devrait apporter dans les prochains jours une réponse au jeune couple.

A lire aussi

Sur le même sujet

Brest : sept ministres dont Édouard Philippe attendus ce vendredi

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne