• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Ile de Sein : “la mobilisation pour notre canot SNSM a porté ses fruits”

Les Sénans sont soulagés : le canot de la SNSM ne quittera pas son port d'attache / © Carole Collinet-Appéré/France 3 Bretagne
Les Sénans sont soulagés : le canot de la SNSM ne quittera pas son port d'attache / © Carole Collinet-Appéré/France 3 Bretagne

L'île de Sein peut respirer : le canot de la SNSM ne rejoindra pas les Sables-d'Olonne. La direction nationale de la SNSM recule face à la levée de boucliers des insulaires.

Par Carole Collinet-Appéré

"Nous sommes soulagés et la population est rassurée". Le responsable de la station SNSM de l'île de Sein, Jacques Fouquet, est "satisfait" de voir que la direction nationale de l'association "renoue avec le bon sens".


"Non, c'est non !"

Dans un communiqué, diffusé dimanche soir, le président de la SNSM annonçait, en effet, avoir "entendu la colère des habitants de l’île de Sein à la perspective de prêter le canot tous temps à la station des Sables-d’Olonne, très durement éprouvée par le drame du 7 juin dernier. Nous allons poursuivre collectivement la recherche d’une solution alternative qui fasse consensus et exprime la solidarité des gens de mer" précisait encore Xavier de la Gorce.

Le premier adjoint au maire de l'île, Ambroise Menou, s'interroge néanmoins sur cette solution alternative. "Nous avons une réunion mercredi, à Audierne, avec M. de la Gorce. J'espère qu'il n'a pas dans l'idée de venir ici pour nous convaincre de laisser notre canot. Car non, c'est non !".


 

Ambroise Menou et Jacques Fouquet : "le canot ne bougera pas de l'île" / © Carole Collinet-Appéré/France 3 Bretagne
Ambroise Menou et Jacques Fouquet : "le canot ne bougera pas de l'île" / © Carole Collinet-Appéré/France 3 Bretagne

"La solution, explique Jacques Fouquet, serait de réparer le canot des Sables-d'Olonne qui est à l'arrêt depuis plus de 6 mois". La levée de boucliers sur l'île de Sein a fait tâche d'huile : une pétition en ligne a recueilli plus de 4000 signatures en quelques heures. "Nous avons également reçu le soutien des autres stations SNSM, y compris celle des Sables-d'Olonne, ajoute le responsable de la station sénane. Il faut que nos collègues sablais poussent à la roue pour obtenir les réparations de leur canot. Nous sommes solidaires de cela".

 
Le canot de l'île de Sein, solidement amarré et ardemment défendu par les insulaires / © Carole Collinet-Appéré/France 3 Bretagne
Le canot de l'île de Sein, solidement amarré et ardemment défendu par les insulaires / © Carole Collinet-Appéré/France 3 Bretagne


"Quand les Sénans montent au créneau, cela porte ses fruits, indique Ambroise Menou. On ne pouvait décemment pas imaginer notre île sans canot jusqu'en septembre. Impensable !". Un bateau qui reste un élément-clef en cas d'évacuation sanitaire, qui plus est en plein été, période où l'île voit sa population grossir considérablement. Pour les insulaires, le canot tous temps est un lien indispensable avec le continent



 

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus