REPLAY - Municipales 2020 : Concarneau, ce qu’il faut retenir du débat

© A. Grall - France Télévisions
© A. Grall - France Télévisions

Dans cette troisième ville du Finistère de 19 050 habitants, le maire sortant DVD André Fidelin a décidé de ne pas briguer de troisième mandat. Pour lui succéder, quatre listes sont en concurrence, dont deux qui vont tenter de séduire l'électorat socialiste.

Par Catherine Jauneau


Première passe d’armes dès le début du débat entre Antony Le Bras (LREM) et Elisabeth Janvier (Divers Gauche) à propos du soutien des socialistes à leur liste respective.


La gauche divisée, le Rassemblement National en lice pour la première fois


Antony Le Bras (LREM) a d’emblée souligné : « Le PS n’a pas donné de consigne de vote pour soutenir Elisabeth Janvier ». Lui-même, ancien élu d’opposition socialiste rallié à LREM, précise « sur ma liste, il y a des élus avec une expérience socialiste et des gens de sensibilité de gauche et de droite, c’est notre richesse. Si Mme Janvier a réussi à faire l’union, c’est celle des forces de gauche extrême mais pas celle des socialistes ! ».

Elisabeth Janvier (divers Gauche), nouvelle venue en politique, souligne pour autant que, :"même sans soutien officiel, plusieurs membres du PS sont à ses côtés et la soutiennent".

De son côté le Rassemblement National fait-il un pari osé pour une première participation à ce scrutin local ? Récemment arrivé sur Concarneau, ex-conseiller municipal en Région Parisienne, Christian Perez met en avant les scores de Marine Le Pen sur la ville aux dernières Présidentielles et aux Européennes pour jouer sa carte dans une implantation locale.


Port de pêche, port de plaisance : vers un tournant pour sortir de la crise


S’il est un dossier auquel les candidats sont particulièrement attentif, c’est celui de l’avenir de l’activité économique de la pêche et du port de Concarneau, avec des diagnostics et des solutions diverses face à un secteur en crise.

Troisième port français en 1962, toute pêche confondue, derrière Boulogne-sur-Mer et Lorient, Concarneau est aujourd’hui en seizième position.

Marc Bigot (DVD) est aussi l’ancien secrétaire local du comité des pêches : « un pan de cette économie a disparu, notamment les bateaux semi-industriels. Mais à travers la communauté d’agglomération, la ville participe à la réflexion du syndicat mixte pêche plaisance », on peut être acteur de projet. 12 millions d’euros ont été engagés pour la modernisation de la criée, ça veut dire que le secteur n’est pas mort avec les bateaux côtiers de pêche fraîche et les sardiniers. La réparation navale avec les chantiers PIRIOU est aussi un atout ! »

Antony Le Bras (LREM) d’ajouter : «  Les travaux de la criée vont commencer au printemps ! On a aussi une carte à jouer avec les chantiers navals pour la course aux larges comme l’écurie de François Gabart. Le port est à un tournant de son histoire avec l’opportunité d’accueillir  une pépinière maritime, avec pourquoi pas l’institut nautique de Bretagne ou la station biologique marine ! »

Miser sur le développement du port de plaisance, c’est la proposition du Rassemblement National : « C’est un rêve d’injecter des deniers publics pour compenser les conséquences de L’Europe qui a imposé des quotas de pêche. On ne peut pas restaurer une pêche moribonde ! Je souhaite miser sur le développement du port de plaisance. Le site voisin de Port-la-Forêt est enclavé. Nous pouvons attirer chez nous de nouveaux propriétaires de bateaux avec des opportunités économiques. »


Tourisme et culture pour un nouveau rayonnement    


Le succès de la série allemande « Commissaire Dupin » tournée dans la ville attire chaque année 200 000 touristes germaniques. Une carte à jouer pour la reconversion de la ville et pour dépasser les seules destinations « week-end. »

Elisabeth Janvier (DVG) regrette que les visiteurs ne fassent que le tour de la ville close : "Nous pensons qu’il faut proposer d’autres activités pédagogiques et écologiques en complément. Résoudre aussi l’avenir du CAC (centre d’art et culture), le remettre en état ou construire un nouvel équipement. Proposer aussi d’autres lieux dans les quartiers et des résidences d’artistes !"


Le débat à revoir en intégralité :


 

Les candidats en présence

 
Concarneau avec vous, menée par Antony Le Bras, un ancien élu d’opposition PS, devenu LREM en avril 2016 et investi par le parti présidentiel pour ce scrutin. Nicole Ziegler la secrétaire locale du PS part avec lui.
 
Elisabeth Janvier (liste Concarneau solidaire et durable) soutenue par l’ancien secrétaire d’Etat socialiste Kofi Yamgnane, et par Gilbert Le Bris, ancien maire socialiste de la ville pendant 4 mandats 1983-2008, a réuni autour d’elle des membres de EELV, de la France insoumise et de Générations, avec le soutien aussi du PC.
 
Marc Bigot est le candidat de la majorité sortante DVD. Il était l'ancien adjoint à l'urbanisme. Il mène Mon Parti, c'est Concarneau (14 élus sortants suivent).
 
Et enfin dans cette ville qui a voté à 23% pour Marine Le Pen en 2017 et à près de 17% pour le candidat RN aux européennes, Christian Perez, ancien élu FN des Hauts de Seine, proche Marine Le Pen a constitué une liste RN, Concarneau ville d’avenir.Concarneau avec vous, menée par Anthony Le Bras, un ancien élu d’opposition PS, devenu LREM en avril 2016 et investi par le parti présidentiel pour ce scrutin. Nicole Ziegler la secrétaire locale du PS part avec lui.
 
 

Sur le même sujet

Les + Lus