Une famille emportée par une vague à Plogoff. Ce que l'on sait du drame qui a fait trois morts

Publié le Mis à jour le

Un couple de commerçants d'Audierne et son enfant de 12 ans ont été emportés par une vague et sont décédés, ce jeudi, en fin de journée. Ils pêchaient sur la digue de Pors Loubous à Plogoff, dans le Finistère. Les trois autres enfants de la famille, également présents sur place, sont sains et saufs.

Il est 18h40 quand une vague submerge la digue de Pors Loubous, à Plogoff dans le Finistère, et emporte avec elle trois membres d'une même famille : un homme de 55 ans, une femme de 33 ans, commerçants à Audierne, et leur fils de 12 ans.

Arrivés sur place, les secours récupèrent les corps des deux adultes en arrêt cardio-respiratoire, à 19h18 et 19h35. Malgré l'intervention des pompiers et du SAMU dépêchés sur place, ils ne peuvent être réanimés.
Après 3h20 de recherches, le corps sans vie de leur enfant est retrouvé, vers 22 h. 

Les trois autres enfants de la famille, âgés de 13 à 15 ans, assistent à la scène. Ils sont sains et saufs et pris en charge par une cellule médico-psychologique, en état de choc.

Une centaine de secouristes mobilisés

Au total, une centaine de secouristes a été mobilisée sur terre comme sur mer : deux bateaux légers de sauvetage, une équipe de plongeurs, un drône du Service de secours et d'incendie du Finistère (SDIS), les vedettes SNSM des stations d'Audierne et de l'île de Sein, un hélicoptère du SAMU, un patrouilleur des Affaires maritimes et la brigade nautique de la gendarmerie de la Forêt-Fouesnant.

La famille pêchait sur la digue

Au moment du drame, cette famille pêchait sur la digue, "librement accessible au public, explique le directeur de cabinet du préfet du Finistère, David Foltz. C'est même en partie sur un chemin de randonnée".

Une mer très agitée

Après deux jours de grandes marées dans le Finistère, le coefficient était de 89 et la mer, en phase montante au moment du drame, très agitée. Dans cette baie d'Audierne, ouverte aux vents et à la houle, la marée montante donne des vagues plus hautes que les autres qui peuvent submerger les digues.

Enquête ouverte

Une enquête judiciaire est ouverte pour déterminer les circonstances et le causes exactes de ce tragique accident, confirme ce vendredi, la procureure de la République de Quimper.

"Sous le choc"

Lors d'une conférence de presse depuis Plogoff, ce vendredi en fin de matinée, Philippe Mahé, le préfet du Finistère, souligne que "tout drame de la mer touche la chair des habitants du Cap Sizun. Nous partageons l'émotion et le chagrin de cette famille".
Il explique également  que "tout le monde est sous le choc. Nous sommes dans un temps de recueillement : il faut respecter les trois enfants qui ont assisté à ce drame et perdu leurs parents et leur frère".
Trois adolescents qui, assure-t-il, "vont être accompagnés et accueillis du mieux possible".

Le maire d'Audierne dit "la tristesse de toute une population et des camarades de classe des enfants. C'est un drame humain avec un enfant décédé et trois autres qui se retrouvent sans parents".

"Rappels à la vigilance"

Le maire de Plogoff Joël Yvenou rappelle qu'il faut "faire très attention sur le littoral, car on a en face de nous une mer qui peut être meurtrière et c'était le cas ce jeudi".

Le président de la communauté de communes du Cap Sizun précise que "les gens doivent être prudents et se responsabiliser car le danger est là. On est sur un territoire où il n'y pas de restrictions particulières pour accéder à la côte, ajoute-t-il, c'est un espace de liberté".

Le préfet du Finistère remarque, de son côté, que "celles et ceux qui fréquentent le littoral finistérien voient que, quand il y a danger, il y a des interdictions de passage. Les maires engagent des travaux pour prévenir les risques. La vigilance de chacun doit néanmoins rester importante et nous faisons des rappels à la vigilance, qui plus est à l'approche de la saison estivale. Ils sont permanents et nécessaires".

Un arrêté d'interdiction du site de Pors Loubous a été pris par la mairie de Plogoff afin d'empêcher l'affluence de curieux et un éventuel sur-accident, annonce la préfecture du Finistère.