Grippe Aviaire. Le risque toujours élevé dans Morbihan et l'Ille-et-Vilaine malgré une levée progressive des restrictions sanitaires.

Publié le Mis à jour le
Écrit par Quentin Cezard

Après 30 jours sans nouveau cas de grippe aviaire dans le Morbihan, certaines restrictions sanitaires sont levées dans le département. Le niveau de risque y reste tout de même "élevé" comme dans l'Ille-et-Vilaine, contrairement aux deux autres départements bretons. Les mesures de confinement des volailles de plein air sont maintenues. Le point en Bretagne.

Il y a (enfin) une petite éclaircie à l'horizon pour les nombreuses volailles et leurs éleveurs bretons. La situation sanitaire de la grippe Influenza aviaire semble s'améliorer. Après 30 jours sans nouveau cas dans la région, "la dernière zone réglementée mise en place autour des foyers de Peillac et de Saint Gravé, qui concernait vingt trois communes, a été levée lundi", annonce la préfecture du Morbihan dans un communiqué. C'est la fin des restrictions particulières aux mouvements de volailles et autres oiseaux captifs et les éleveurs pourront remettre progressivement en élevage les poussins. L’introduction de canetons provenant de zones réglementées reste en revanche encore interdite.

Les poulets toujours confinés

Le niveau de risque dans les départements du Morbihan et de l'Ille-et-Vilaine restent "élevé", précisent les deux préfectures arguant que "l’épizootie actuelle est marquée par une persistance de cas dans la faune sauvage et par une contamination forte de l’environnement par le virus".

Les professionnels de la filière volaille doivent "continuer de respecter strictement les mesures de biosécurité" comme les "mises à l'abri" ou confinement des poulets élevés en plein air. Une mesure qui a été mise en place au mois de novembre et qui est décriée par une partie de la profession.  En effet, de nombreuses volailles étiquetées "plein air" dans les grandes surfaces sont en réalité "mises à l'abri", c'est à dire enfermées ou confinées. 

Des dérogations à ces conditions de mise à l’abri peuvent être accordées

Préfecture de l'Ille-et-Vilaine

Préfecture 35

Du côté de l'Ille-et-Vilaine et "selon l’évolution de la situation épidémiologique, des dérogations à ces conditions de mise à l’abri peuvent être accordées, uniquement aux professionnels, pour tenir compte des potentielles atteintes au bien-être animal liées à cette mise à l’abri prolongée et à l’augmentation des températures extérieures. Ainsi, l’accès à un parcours extérieur réduit est possible dans certaines conditions, après une analyse de risque au cas par cas réalisée par les services de l’État, annonce la préfecture".

"Tous les éleveurs attendent avec impatience le déconfinement des volailles", nous indique la Confédération Paysanne du Morbihan. Ils espèrent une levée des confinements fin mai début juin à l'image de l'année 2021. 

Quid des autres département bretons ? 

Officiellement les deux autres départements bretons, le Finistère et les Côtes d'Armor, passent, comme 76 autres départements français, en zone à risque "modéré", comme l'indique l'arrêté du  9 mai dernier. Les poulets bretons de plein air devraient peut-être enfin retrouver leur liberté. Des demandes de précisions sur le calendrier ont été demandées aux différentes préfectures. Nous attendons leurs réponses.