• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Abattoirs AIM d'Antrain : le sort des salariés n'est pas encore fixé

Le site d'AIM à Antrain (35) concerné par le dépôt de bilan
Le site d'AIM à Antrain (35) concerné par le dépôt de bilan

Il faudra encore patienter une semaine avant de connaître la décision du tribunal de Coutances sur l'avenir des abattoirs AIM. Il se prononcera la semaine prochaine. Les salariés de l'abattoir de Sainte-Cécile dans la Manche espèrent ainsi avoir finalisé leur projet de Scop, de société coopérative.

Par Sylvaine Salliou

La justice a examiné le sort des abattoirs AIM, qui emploient 590 personnes, dont 179 à Antrain (35). Ils n'ont en vue qu'une offre de reprise de 71 personnes pour l'abattoir d'Ille-et-Vilaine et un début de projet de coopérative ouvrière, pour celui de Normandie. Le tribunal leur donne à nouveau une semaine pour boucler les dossiers.

Plus qu'une seule offre à Antrain              

L'horizon s'est encore assombri avec l'annonce mercredi aux salariés qu'une des deux seules offres officielles, très partielles, sur un des abattoirs d'AIM, avait été retirée. C'est la troisième fois en quelques semaines qu'un candidat officiel ou présenté comme très intéressé par l'un des abattoirs d'AIM, se retire. Jeudi matin, il ne restait plus officiellement qu'une offre, celle de la holding Les Rosaires qui reprendrait 71 salariés, à Antrain (Ille-et-Vilaine), où travaillent 179 personnes. La holding détient trois sites agroalimentaires bretons. Le 18 février, la société bretonne de découpe de viandes Yves Fantou avait déposé une offre de reprise de 107 salariés d'Antrain mais elle l'a retirée faute de financements.  
   

Projet de scop à Ste Cécile

Un projet de Scop, lui, est né après le retrait le 8 mars d'un candidat pour Sainte-Cécile, qui n'était pas encore officiel. S'il aboutit, le projet de Scop, qui ne reprendra pas tous les salariés, aura le soutien du département de la Manche et de la Région Basse-Normandie via la société d'économie mixte (SEM) créée en 2013 pour aider AIM et dont le capital a été augmenté en janvier.
               
AIM est l'un des derniers abattoirs indépendants de la grande distribution en France. Créée en 1956 et rachetée en 2003 par Cap 50, l'entreprise est détenue à 64% par la coopérative et à 34% par le groupe d'aliments pour bétail JDIS. Elle a réalisé un chiffre d'affaires de 246,7 millions d'euros en 2013.
           

A lire aussi

Sur le même sujet

Isabelle Autissier et le Théâtre d'Ardoise

Les + Lus