Cet article date de plus de 3 ans

Deux frères lancent les bretelles "chics et rétros" made in Fougères

Antoine et Baptiste Moisan viennent de créer Upsilon, une société dédiée à la fabrication de bretelles, à Fougères, en Ille-et-Vilaine. Leur volonté est de proposer un accessoire "cool, chic, rétro et tendance". Rien que ça !

Les deux frères qui se lancent dans les bretelles "chics et rétros" fabriquées à Fougères - mai 2017
Les deux frères qui se lancent dans les bretelles "chics et rétros" fabriquées à Fougères - mai 2017 © France 3 Bretagne

Deux frères lancent les bretelles "chics et rétros" fabriquées à Fougères.

Upsilon, les bretelles made in Fougères 


Antoine et Baptiste Moisan ont fondé il y a trois semaines Upsilon, une société qui fabrique des bretelles, à Fougères, en Ille-et-Vilaine. Ils ont décidé d'appeler leur société Upsilon, comme le Y que vous avez dans le dos si vous en portez.

Dans les locaux d'Upsilon, la société, basée à Fougères, qui fabrique des bretelles - mai 2017
Dans les locaux d'Upsilon, la société, basée à Fougères, qui fabrique des bretelles - mai 2017 © Gilles Le Morvan / France 3 Bretagne

Une société toute jeune


Il y a quelques semaines, Antoine Moisan est allé frapper à la porte d'un fabricant de ceintures de Fougères. Il était à la recherche d'un accessoire pour aller à une soirée avec pour dress code "chic". Il n'a pas trouvé chaussure à son pied et a alors décidé de monter son entreprise il y a environ trois semaines.

Des bretelles assemblées à Fougères


Pour l'instant, seul l'assemblage est réalisé à Fougères. Le tissu est belge, le cuir est italien, et les pinces sont allemandes. Mais l'entreprise n'a que 3 semaines et les fondateurs de la société ne ferment pas la porte à de nouveaux fournisseurs.

Deux frères lancent les bretelles "chics et rétros" made in Fougères ©France 3 Bretagne

En vente sur "uniquement" sur internet


La vente, elle, se fait uniquement sur internet pour l'instant. C'est Baptiste, le petit frère, qui a conçu le site. Il faut compter une quarantaine d'euros pour une paire. En 3 semaines, ils en ont vendu une cinquantaine.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie entreprises emploi mode sorties et loisirs