Parlons sport : à Dinard, un accélérateur à champions

On connaît Dinard pour ses plages, ses villas de luxe, son yacht club... mais derrière les paillettes, il existe aussi un Dinard version sueur, grimaces et souffrances : c'est le campus sport, l'ancien CREPS. En cette année pré-olympique, certains athlètes de haut niveau vont en profiter.
Tom Reux, vice-champion de France élite en lancer du disque
Tom Reux, vice-champion de France élite en lancer du disque © B. Le Vaillant - France Télévisions
Parmi ces athlètes, on trouve des champions qui viennent de toute la France. Et parfois, de très près. C'est le cas de Tom Reux, originaire de Saint-Benoît-Des-Ondes. Vous le ne connaissez pas ? Tom Reux, c'est un joli bébé de 1 mètre 86 et 93 kilos. Sa spécialité est très intime en France : le lancer du disque. 

Pour ça, il faut de la force et de l'explosivité. Mais attention, le lancer, c'est plus subtil qu'on ne le pense. "Loin de l'image de force pure que retient le grand public, c'est un geste très précis, très technique", confie Tom.
 
Du haut de ses 21 ans, Tom, actuellement étudiant en STAPS à Rennes, vise plutôt les JO de Paris en 2024. Mais le report des jeux de Tokyo de l'été 2020 à l'été 2021,  peut lui donner des envies. 

Ce dimanche aux championnats de France, il a obtenu une belle médaille d'argent en élite avec un jet à 56 mètres 3. Il lui manque au moins 8 mètres pour se qualifier pour Tokyo.


Thu Kamkasomphou, l'athlète aux 8 médailles paralympiques.


On change de sport, on change de personne, mais on continue avec une autre "régionale de l'étape" : Thu Kamkasomphou.
 


Née il y a 51 ans au Laos, Thu arrive à Rennes à l'âge de 12 ans. Elle entame une carrière prometteuse de pongiste, quand on lui découvre une maladie rare : une périartérite noueuse. Le sport de haut niveau, pour Thu, aurait dû s'arrêter là. Mais Thu n'a jamais accepté sa maladie. 

Elle passe en handisport et gagne ses premières médailles olympiques aux Jeux de Sydney en 2000. Aujourd'ui, elle en est à huit, deux en or, deux en argent, quatre en bronze et est montée sur les podiums de tous les Jeux depuis Sydney.

A Tokyo, elle défiera sans complexe des adversaires beaucoup plus jeunes qu'elle. Championne d'Europe en titre, elle aura pour elle l'expérience et la confiance. "J'espère ramener la médaille qui a la couleur du soleil" sourit-elle. 


Au menu de l'équipe de France de sabre : tout sauf de l'escrime


Les équipes de France de sabre étaient présentes en cette première semaine de septembre au campus sport de Dinard. Au menu, tout sauf de l'escrime : du volley, du VTT, du kayak. A 11 mois des jeux de Tokyo, ces mousquetaires modernes ont besoin, pour l'instant, de se retrouver, s'amuser. Pour cela, Dinard, c'est pas mal. "J'adore venir à Dinard, confirme Jean-Philippe Daurelle. Il y a tout,  un gymnase qui est immense, le terrain de foot, la mer, la thalasso, le climat, l'air pur..."
 
Boladé Apithy, seul qualifié sûr pour les Jeux de Tokyo en individuel, poursuit : "Là on redémarre une nouvelle saison donc, le but c'est de se remettre en forme, d'acquérir un gros physique pour tenir toute la saison et préparer les Jeux Olympiques".

La Bretonne du groupe, Cécilia Berder, originaire de Quimper, a plein de bons souvenirs ici. "Je venais ici quand j'étais enfant, pour des stages au CREPS. Avec des yeux d'enfant, j'ai vu grandir ce lieu et aujourd'hui j'adore y revenir, c'est très ressourçant".
 
Pour rappel, l'escrime est le sport qui a pourvu jusque là le plus grand nombre de médailles à la France depuis l'avènement des Jeux modernes : 118 médailles.
 

Du CREPS au pôle d'excellence sportive, toute une Histoire


Le CREPS de Dinard, qui avait vu le jour à la sortie de la Guerre, a longtemps été dédié à la formation des professeurs d'EPS.
 
Le Creps de Dinard en 1965
Le Creps de Dinard en 1965 © INA

À partir des années 90-2000, il a accueilli aussi beaucoup de stages des équipes de France, comme ici le judo et un certain Teddy Riner. Depuis 2010, le CREPS n'est plus. La secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports Rama Yade officialise la création du pôle d'excellence sportive. Dinard se recentre sur le très haut niveau, avec des partenaires publics et privés.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport jeux olympiques athlétisme handisport escrime