Abdi, jeune Somalien, recruté avec six autres réfugiés par l'usine Bridor

Abdi, réfugié somalien, avec ses collègues et Stéphane, son tuteur, sur la ligne de production de Bridor / © Thierry Bouilly - France Télévisions
Abdi, réfugié somalien, avec ses collègues et Stéphane, son tuteur, sur la ligne de production de Bridor / © Thierry Bouilly - France Télévisions

L'usine de boulangerie industrielle Bridor, de Servon-sur-Vilaine, près de Rennes vient de recruter sept réfugiés, en contrat de professionnalisation. Elle participe à un programme d'Etat, "Emploi et Toit" visant à intégrer ces hommes et ces femmes, qui ont trouvé un asile en France.

 

Par Krystell Veillard


Depuis près d'un mois, Abdi et Stéphane travaillent en binôme sur une ligne de production de l'usine Bridor. L'un apprend, l'autre l'encadre, comme tuteur. Pour le jeune Somalien, en contrat de qualification, c'est quelque chose de nouveau. Il alterne ainsi trois semaines en entreprise, puis une semaine en centre de formation, avec à la clé, pourquoi pas, un CDI. En tout cas, l’espoir d’un nouveau départ pour ce réfugié arrivé à Paris en 2012. Dans son pays la Somalie, il était commerçant, mais a dû fuir après avoir été agressé à plusieurs reprises.
 

Du travail et un logement


L'opportunité proposée par Bridor, c'est un emploi, du travail, mais pas seulement. Abdi explique que trouver un logement à Paris était très compliqué, et ne permettait pas de réunir sa famille, sa femme et sa fille, "C’est pour ça, que j’ai cherché du travail ici, avec un logement", assure t-il. Et aujourd'hui il vit en effet à Servon-sur-Vilaine à 3 km de l’usine.

"Emploi et Toit" pour l'insertion des réfugiés

L'entreprise Bridor a retenu la candidature du jeune Somalien, avec celles de six autres réfugiés, grâce a un programme proposé par l’État via la Direction régionale du Travail. Le programme « Emploi et toit », soutenu par l'association Envergure. Pour Bridor souligne le directeur Benoit Logeais, "c'était la possibilité dans le cadre de nos projets d’extension d’aller innover un petit peu dans nos viviers de recrutement." Précisant encore que "le fait d’intégrer des travailleurs réfugiés, ça pouvait être plutôt intéressant à la fois pour stimuler nos équipes, à la fois pour trouver des gens qui avaient de vraies difficultés et c’était un moyen pour nous d’affirmer notre volonté en terme de responsabilité sociétale"
 

Pour une intégration réussie


Le programme "Emploi et Toit" propose un logement, une formation professionnelle 200 heures, des cours de français et des moyens de transport. Un façon de mettre tout en œuvre afin de permettre aux nouveaux venus, de bien s'intégrer à la fois au travail, mais aussi dans leur vie au quotidien. 
 

Le reportage à Servon s/Vilaine de C. Jauneau, T. Bouilly et F. Bonnafous

Interviews : Stéphane Mahé, tuteur d'Abdihakim Hussem - .Abdihakim Hussem, salarié en Contrat de qualification - Benoit Logeais, directeur industriel de Bridor

Sur le même sujet

Les + Lus