Bars en Trans : une programmation plus francophone que jamais

Publié le Mis à jour le
Écrit par Stéphane Grammont

Les Bars en Trans ont dévoilé la programmation 2014, faisant comme depuis quelques années la part belle aux groupes émergents venus des pays francophones, devenus les partenaires naturels du festival. 80 artistes à découvrir, du 4 au 6 décembre.

Bien sûr, pour contredire votre serviteur, le premier groupe dans l'ordre d'apparition de la programmation, Agua Roja, chante en anglais. Il faudra patienter pour que la suite de la play-list corrobore ce titre, et que votre serviteur puisse s'exclamer : "ha, qu'est-ce que je disais".

Toute mauvaise foi bue, nous affirmons-donc que cette programmation 2014 est "plus francophone que jamais". Et pour deux raisons.

La première, c'est que depuis plus de 20 ans, ce sont bien les groupes français "qui ont un potentiel live" que les programmateurs s'emploient à dénicher. Et il se trouve que l'année 2014 confirme une tendance déjà apparue l'année dernière, nombre de groupes émergents usent sans complexe de la langue de Molière. "Ce qui est marrant, c'est qu'on a toujours des leçons à tirer de nos cousins québécois, car ils ont un truc, ils chantent tout le temps en français, ou alors ils font de la noise" remarque, avec le sourire, Philippe Lebreton. 

En droite lignée d'une tradition de pop pas franchement mal foutue et chantée en français, comme celle de Gainsbourg, de Daho ou, plus méconnue, de ce qu'a pu faire Michel Legrand avec certains chanteurs dans les années 70, "là, on sent le retour, après il y a tout un phrasé, poète aussi qui est là, avec Singe Chromé cette année" explique Philippe Lebreton.

A noter avec lui un certain nombre de projets hip hop, comme Gavin Maidhu ou Pih Poh, mais aussi, dans la veine d'un Dominique A, Radio Elvis

Il faudra tout de même constater que comme leur nom ne l'indique pas, Royant, Dealer de musique ou Marie-Flore chantent, eux, dans la langue de Sheakespeare. 

##fr3r_https_disabled##

Mais l'autre raison pour les Bars en Trans de s'afficher comme l'un des rares, voire le seul festival de la scène émergente francophone, ce sont ses partenariats passés depuis quelques années. "C'est l'émergence francophone en général qu'on défend, c'est un peu notre histoire"  explique Philippe Lebreton. Depuis toujours les Bars en Trans défendent la scène française, "et depuis 6, 7 ans nous développons des partenariats avec le Luxembourg, la Suisse, la Belgique, et le Québec".

C'est ainsi que depuis plusieurs années, un "cousinage" s'est mis en place avec le Festival des Musiques Emergentes de Rouyn-Noranda, grâce auquel des groupes rennais comme Laetitia Sheriff cette année, de faire une tournée au Québec.

Cette année, nous pourrons en retour découvrir les montréalais de The Posterz au 1988 Club, pour ne citer qu'eux.