• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

Châteaugiron affiche la couleur : “rassembler au maximum autour des rousses et des roux” [PHOTOS]

Assia la fille et Manuela la mère ont tenu à être présentes au festival Red Love / © T. Peigné
Assia la fille et Manuela la mère ont tenu à être présentes au festival Red Love / © T. Peigné

Pour sa seconde édition, le festival Red Love à Châteaugiron près de Rennes avait l'ambition de réunir un maximum de roux et rousses et un maximum de personnes autour d'eux pour combattre les discriminations dont ils font encore l'objet.

Par Thierry Peigné


Aux manettes de cette seconde édition du festival Red Love, le photographe Pascal Sacleux, lui qui connaît si bien les rousses et les roux pour tout d'abord en être un et également pour les prendre en photo depuis des années.
Mathieu et Robin, deux frères venus de Seine-et-Marne / © T. Peigné
Mathieu et Robin, deux frères venus de Seine-et-Marne / © T. Peigné

Ce festival, Pascal Sacleux l'a créé l'année dernière à Châteaugiron, réunissant pour une première fois en France près de 1500 personnes pour l'occasion.
Et l'objectif n'a pas changé : "le but n’est pas de faire un ghetto de roux, mais de rassembler autour de la cause des roux et des discriminations dont sont victimes de nos jours encore les personnes rousses" explique Pascal Sacleux.

Un constat que connaissent bien les dizaines de rousses et de roux qui ont tenu à se déplacer de l'autre bout de la France pour se réunir et fêter leur couleur.
Le papa et les deux garçons de la famille Jutel sont roux / © T. Peigné
Le papa et les deux garçons de la famille Jutel sont roux / © T. Peigné

Avoir une chevelure rousse, c'est encore de nos jours essuyer le regard particulier d'un passant ou être moqué et parfois insulté comme le rappellent Manuela et sa fille Assia. Elles assument parfaitement leur rousseur, mais elles connaissent des ami(e)s traumatisé(e)s par ces moqueries.

Mais ce samedi, comme le dit Didier, bénévole venu de Pornic, "lorsque l'on est tous réunis comme cela, il se passe un truc. On est bien, tout simplement". Un bonheur simple que des centaines de personnes ont tenu à partager autour des concerts, défilés, repas et animations de la journée.

Lors de ce rassemblement, Pascal Sacleux a réalisé son millième portrait de roux, lui qui avait sorti en juillet 2018 un livre "Être(s) roux, regards croisés sur une singularité" avec plus de 800 personnes rousses photographiées.

Une version hiver du festival devrait voir le jour en 2021 avec comme partenaire, cela ne s'invente pas, la station Les Rousses dans le Jura : "ce n'est pas moi qui les ai contacté mais eux" explique tout sourire Pascal Sacleux.
Sabrina / © T. Peigné
Sabrina / © T. Peigné

Une part peu importante de la population

Les roux constituent environ 2% de la population mondiale et 4% des Européens. 
Ils sont plus présents parmi les peuples originaires du Nord et de l'Europe de l'ouest.
L'Écosse, avec 13% de roux et rousses, est le pays champion du monde. De plus, 40 % des Écossais porteraient le gène récessif de la rousseur

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview François Floret

Les + Lus