Convention SNCF/TER : la Bretagne signe à nouveau pour 10 ans mais pose ses conditions

La région Bretagne signe ce vendredi 24 janvier, son nouveau contrat de transport régional avec le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou. La convention prévoit une contribution globale de la région d'un milliard d'euros jusqu'en 2028, mais sous conditions de hausse du trafic.

TER Bretagne en gare de Rennes
TER Bretagne en gare de Rennes © France 3 Bretagne - T. Peigné

Satisfaite de la prestation de la SNCF Voyageurs, dans le cadre de l'exploitation du réseau du transport ferroviaire, la Région Bretagne n'a pas souhaité procéder à une mise en concurrence comme les conseils régionaux y sont autorisés depuis décembre dernier. 

A l'heure actuelle, une centaine de rames, soit près de 380 trains régionaux par jour, sont proposés aux usagers, avec une hausse de fréquentation de 21 % en juillet 2018, à l'échéance de la précédente convention.

Le nouveau contrat de transport régional sera donc à nouveau signé demain vendredi 24 janvier à Rennes, pour la période 2019-2028, en présence de Jean-Pierre Farandou, nouveau PDG de la SNCF.
Cette convention TER Breizgo prévoit une contribution globale de la Région Bretagne d'1 Milliard d'euros, soit 100 millions d'euros par an.
 

La rémunération de la SNCF indexée sur la qualité de service


"Mais attention, il faudra des résultats de la part de la SNCF !" précise Gérard Lahellec, conseiller régional, chargé des transports et des mobilités. "La nouvelle convention a été soumise à des obligations de résultat et nous ne paierons que le service effectivement rendu dans ce cadre. Il est ainsi prévu une obligation de hausse de la fréquentation des usagers de 23 % sur dix ans. La rémunération de la SNCF sera aussi indexée sur la qualité de service qu'elle produira effectivement. En clair, si il y a trop de retard de trains ou de suppressions qui impactent le quotidien des usagers, la rémunération de la SNCF en sera pénalisée."

Sachant que la fréquentation des TER bretons a quasiment doublé en quinze ans et que près de 97% des TER bretons arrivent sans retard, la Région n'a pas voulu immiter ses homologues de Provence-Alpes-Côte D'Azur et Grand Est qui elles, vont lancer des appels d'offre pour l'exploitation de leur réseau ferroviaire .

Le nouveau patron de la SNCF à la rencontre des salariés

En matinée, Jean-Pierre Farandou rencontrera en privé une partie du personnel pour sa première visite à Rennes : les agents de SNCF réseau, affectés à la circulation des trains et des agents du Service SNCF Voyageur qui gèrent les TGV et TER à quai et en gare. Dès ce soir, il s'est entretenu avec différentes organisations syndicales dans un climat social tendu autour des revendications sur la réforme des retraites et suite au nouveau pacte ferroviaire et au nouveau statut de l'entreprise.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie sncf trains régionaux