L'étudiant trouvé mort à Pénestin présentait une “alcoolisation massive”

Le camping de Pénestin (Morbihan) où a été trouvé mort l'étudiant en chirurgie dentaire ce dimanche 1er octobre 2017 / © France 3 Bretagne - K. Cévaër
Le camping de Pénestin (Morbihan) où a été trouvé mort l'étudiant en chirurgie dentaire ce dimanche 1er octobre 2017 / © France 3 Bretagne - K. Cévaër

L'autopsie de David, l'étudiant rennais trouvé mort le 1er octobre dans un camping de Pénestin (Morbihan) en marge d'un week-end d'intégration, a révélé une "alcoolisation massive"

Par Thierry Peigné

Dans un communiqué envoyé ce vendredi 13 octobre au soir, le procureur de la république de Vannes, François Touron, donne les résultats de l'autopsie réalisée sur le corps de l’étudiant trouvé mort en marge d’un week-end d’intégration. Il s'avère que le jeune homme de 20 ans présentait une alcoolisation massive.

"L'autopsie a établi que le décès était consécutif à un arrêt cardiaque dû à un syndrome asphysique en lien avec une détresse respiratoire d'origine neurologique provoquée par une alcoolisation massive" détaille lecommuniqué.


Et de rajouter que l'enquête de gendarmerie a permis d'établir que le décès de l'étudiant "résultait d'un comportement isolé et ne s'inscrivait pas dans un contexte d'incitation à la consommation excessive d'alcool".

Le jour même de la découverte du corps, le dimanche 1er octobre, le procureur de la république avait tout de suite expliqué qu' "aucune trace de coup suspect n'avait été relevée sur le corps".

Le communiqué précise également que les organisateurs de ce rassemblement "s'était entourés de précautions". Ils avaient fait appel à un service de sécurité et avaient mis à disposition des "tentes de repos" avec surveillance en cas de forte alcoolisation.

Découvert mort dans un camping

Le corps sans vie de cet étudiant en chirurgie dentaire à Rennes avait été trouvé sous un chapiteau dans l’enceinte d’un camping de Pénestin (Morbihan). Il avait participé la veille au soir à une soirée dans le cadre d'un week-end d'intégration. 300 jeunes étudiants environ avait fait la fête très tard.

Une fac sous le choc

Suite à ce décés, une cellule psychologique avait été mise en place à la faculté dentaire de Rennes. Dès le lendemain du drame, une minute de silence avait été respectée sur le campus santé de Villejean à Rennes. La mort de cet étudiant originaire de Saint-Grégoire (près de Rennes) a créé un vif émoi dans la communauté étudiante et universitaire.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Brest : sept ministres dont Édouard Philippe attendus ce vendredi

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne