• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE
  • SPORT

InsaLan : les fous de jeux vidéo se retrouvent à Rennes

© Bruno Van Wassenhove / France 3 Bretagne
© Bruno Van Wassenhove / France 3 Bretagne

L'InsaLan, compétition de jeux vidéo, se déroulait à Rennes de vendredi 23 à dimanche 25 février. Plus de 400 joueurs se sont retrouvés le temps d'un week-end consacré entièrement à leur passion.

Par Baptiste Galmiche

Ils sont tous fous de jeux vidéo et ont pu s'adonner à leur passion pendant tout un week-end. Pour la 13e fois, l'Institut national des sciences appliquées (INSA) de Rennes, école d'ingénieurs, organisait dans les locaux de l'établissement, son tournoi de jeux vidéo.

L'InsaLan, nom de la compétition issu de la contraction de celui de l'école et de celui de la notion anglophone du Lan (réseau local), a accueilli cette année 480 participants, pas forcément élèves à l'INSA. Cette année, les gamers (joueurs, en anglais) pouvaient s'inscrire à six jeux. Chaque partie dure en moyenne 45 minutes. La somme totale des gains s'élevait à 5 832 euros.

Plusieurs heures par jour



Le casque sur la tête, la main sur la souris, faces à un écran d'ordinateur, tous sont alignés en rang d'oignon, prêts à dégainer. "On est content de se voir, de partager la même passion, et l'adrénaline d'être regroupés au même endroit, et d'essayer de gagner. Comme au sport, c'est la même chose", se réjouit Lorraine. La jeune femme travaille dans l'événementiel et joue aux jeux vidéo trois heures par jour.

Insignifiant, dirait Iannis, lui qui joue huit heures par jour. Il a décidé de se faire une pause dans ses études pour se consacrer à son jeu préféré. "Il y a pas mal d'étudiants qui font une année sabbatique où voyagent. Là c'est la même chose, sauf que je fais du data [traitement de données informatiques]", lance-t-il.

"Énormes lags"


Une petite ombre au tableau cette année avec quelques problèmes techniques. Certains participants se désolaient d'"énormes lags" (temps de transmission informatique), empêchant de jouer correctement.


Sur le même sujet

Jacline Mouraud explique sa présence à l'université d'été du MEDEF

Les + Lus