Cet article date de plus de 5 ans

La police nationale recherche par internet les propriétaires de bijoux volés

Un catalogue d'une centaine de bagues, chaînes ou broches est mis en ligne sur le site de la police nationale afin de permettre aux propriétaires d'identifier leurs biens. Ces bijoux sont issus d'un coup de filet effectué la semaine dernière par la police de Rennes.
Un des bijou volé en photo dans le catalogue sur le site de la police nationale
Un des bijou volé en photo dans le catalogue sur le site de la police nationale © Capture site de la police nationale

Bijoux volés sur site de la police nationaleLes dizaines de photos de bagues, de médailles, de chaînes en or, en argent, ou encore de broches se succèdent sur le site internet de la police nationale. Bien identifiables, ces bijoux ont été saisis la semaine dernière. Les plaintes déposées par des personnes âgées, victimes de vol à leur domicile, avaient permis aux enquêteurs de la sûreté départementale de Rennes d'interpeller douze personnes dont quatre mineurs d'origine roumaine dans des squats à Rennes.
durée de la vidéo: 01 min 13
Les interpellations de douze personnes auteurs de vol de bijoux

Par le biais de sa page Facebook ou par twitter, la police invite les propriétaires de bijoux volés entre le 1er septembre 2015 et le 19 mars 2016 en Bretagne à se faire connaître après avoir consulté le catalogue en ligne.


Si, après avoir consulté le catalogue, vous identifiez un de vos bijoux, il est conseillé de contacter les enquêteurs par mail à l'adresse suivante: ddsp35-sd-gab@interieur.gouv.fr

Pour la restitution du bien, la police recommande de se munir de photos ou de justificatifs.

Une méthode fréquemment utilisée par la gendarmerie

Une telle démarche est plutôt inhabituelle pour la police nationale rennaise alors qu'elle est utilisée fréquemment par la gendarmerie en Bretagne. A plusieurs reprises ces dernières années, que ce soit sur son site ou sur une page Facebook, la gendarmerie exposait des bijoux volés afin que leurs propriétaires puissent les identifier.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police société sécurité faits divers