La ville de Rennes va démolir un parking pour faire réapparaître le fleuve la Vilaine

Publié le Mis à jour le

Le conseil municipal de Rennes acte la suppression du parking au coeur de la ville pour laisser réapparaître la Vilaine. Le gigantesque chantier débutera en 2024 pour s'achever en 2027.

Le conseil municipal de Rennes a donc tranché. La dalle et le parking qui recouvrent la Vilaine entre la place de la République et la place de Bretagne seront détruits pour laisser le fleuve réapparaître au cœur de la ville.

C'était un engagement du programme de Nathalie Appéré, la maire socialiste de la ville. Les travaux débuteront en 2024 pour s'achever en 2027, pour un coût estimé à 17 millions d'euros.

Projet citoyen

La création de la dalle et de son parking, qui abrite aujourd'hui 250 places, remonte aux années 1960.

Cette volonté de réaménagement "fait écho à la concertation Rennes 2030, menée à l'automne 2018", rappelle la mairie. "Les Rennais et les Rennaises avaient pu exprimer leurs souhaits et leurs préférences concernant l'avenir du cœur de ville : renforcement de la présence de l'eau, mise en valeur du patrimoine, végétalisation et animation du centre, sans pour autant qu'il y ait de consensus sur le devenir de la dalle du parking Vilaine."

Un jury de 30 citoyens de 19 à 66 ans, de Rennes et de la métropole, avait été constitué avec l'aide d'un prestataire, à partir d'un panel représentatif.

Ce jury avait remis ses propositions en décembre 2021, en privilégiant la démolition complète de la dalle avec remise à jour de la Vilaine, plutôt que son aménagement. C'est aussi ce scénario que les élus ont choisi d'entériner.  

Le projet ne fait pas consensus au conseil municipal 

A droite, Charles Compagnon, président du groupe "Libres d’Agir Pour Rennes" au conseil municipal estime que la suppression du parking est avant tout "une suppression idéologique afin de chasser les voitures", et s'interroge sur la pertinence d'un jury citoyen pour un tel projet.   

"Il y a une élection, il y a un projet hautement structurant et engageant et ce sur plusieurs décennies pour le destin de la ville, et vous tirez au sort 30 personnes... Ce type de décision et de responsabilité ne reviennent-ils pas aux élus ? N’est-ce pas à eux et aux services de travailler à des propositions et d’assumer leurs choix politiques ?"

De leur côté, les Marcheurs du groupe "Révéler Rennes" craignent que la disparition du parking engendre des difficultés pour les habitants et les professionnels du centre ville et ne déséquilibre la capitale bretonne.

De son côté, la majorité municipale rappelle que 300 nouvelles places de parking verront le jour à l'hôtel Dieu pour compenser la disparition des 250 places du parking Vilaine.

Les premiers travaux d'aménagement devraient commencer fin 2024 pour une livraison au premier semestre 2027.