Législatives 2022. Coup de projecteur sur le parti Animaliste, présent dans presque toutes les circonscriptions de Bretagne

Publié le Mis à jour le

Ses candidats ont entre 18 et 73 ans et partagent un seul et même mot d'ordre : la cause animale. Le parti animaliste présente des candidats dans la quasi totalité des circonscriptions bretonnes. Coup de projecteur sur ce tout jeune parti.

C'est un parti tout récent, créé en 2016. L'année suivante, lors des législatives de 2017, le parti animaliste n'avait présenté que sept candidats aux élections législatives en Bretagne. 

Cette fois, après seulement 6 ans d'existence, il parvient à proposer des candidats dans 22 des 27 circonscriptions (6 dans le Finistère, en Ille-et-Vilaine et  dans le Morbihan et  4 dans dans les Côtes d'Armor) que compte la Bretagne. Agés de 18 à 73 ans. 

On n’est pas un parti de gouvernement, c’est monothématique.

Victor Marion

Candidat du parti animaliste dans la 2e circonscription de Rennes

Dans la deuxième circonscription d'Ille-et-Vilaine, Victor Marion, 20 ans, est l'un d'eux. Il a rejoint le parti animaliste depuis un an et demi pour une unique raison : défendre la cause animale. "On n’est pas un parti de gouvernement, c’est monothématique, explique l'étudiant en droit. On est portés sur les animaux, on veut que les autres politiques s’emparent de ce sujet."  

Tous sur la même longueur d’onde

Les grandes lignes du programme : fin de la chasse, sortie de l’élevage intensif sous cinq ans, création d’un ministère d’Etat rattaché à la condition animale, augmentation de la TVA sur les produits d’origine animale et baisse sur ceux d'origine végétale.  

"Ce qui me plaît c’est qu’on est tous sur la même longueur d’onde, poursuit le jeune candidat. On est là pour faire avancer la cause animale." 

Les financements publics

Lors des dernières élections législatives en 2017, le tout jeune parti, avait investi 147 candidats en France. Soit environ un quart des circonscriptions. Une manière de donner de la visibilité à ce petit nouveau.

Une bonne opération économique également. Car en dépassant le score de 1% des suffrages dans plus de 50 circonscriptions, les portes du financement public se sont ouvertes.

Passé ce seuil, chaque bulletin rapporte 1,42 € par an pendant les cinq années de mandature. Avec ses 63 637 voix, le parti animaliste a donc bénéficié de 45 000 € de subventions en tout pour les cinq dernières années. 

Une tribune pour la cause animale

Le politologue, Thomas Frinault, reconnaît que le parti a plus de capacité à se structurer depuis que la cause animale progresse. Mais tempère-t-il : "La percée est relative car leur projet n’est pas de se saisir de toutes les questions politiques. Ils sont très ciblés. Les élections une tribune pour faire avancer la cause animale." 

Une tribune qui a échappé au parti lors de la dernière présidentielle puisque sa candidate n'a pas recueilli les 500 parrainages nécessaires pour participer à la campagne.