Cet article date de plus de 5 ans

Remis en liberté, un syndicaliste interpellé jeudi à Rennes, dénonce les violences policières

10 des 12 personnes interpellées à la suite de la manifestation de ce jeudi à Rennes contre la loi Travail, ont été déférées au parquet ce samedi. Elles sont ressorties libres, placées sous contrôle judiciaire. Un des interpellés, syndicaliste de 60 ans, dénonce des violences policières.
© Bruno Laurans - France 3 Bretagne
Parmi les 12 personnes interpellées jeudi à Rennes en marge de la manifestation contre la Loi Travail, deux ont été remises en liberté à l'issue de leur garde à vue, faute de charge les impliquant dans des violences contre les policiers. Selon le parquet, il n'y a pas de preuve suffisante démontrant des jets de projectiles sur les forces de l'ordre.

Trois mineurs placés sous contrôle judiciaire

10 personnes ont été déféré au parquet de Rennes ce samedi après-midi dont trois mineurs passés devant un juge pour enfants. Le procureur a pris des réquisitions de placement sous contrôle judiciaire, préconisant une mise en examen pour "participation à un attroupement armé et violences aggravées avec arme contre des agents de la force publique". Un délit passible d'une peine de cinq ans de prison. Ces trois mineurs, ressortis libres, ont interdiction de participer à une manifestation ainsi que d'aller dans le centre-ville de Rennes.

Sept adultes convoqués au tribunal le 22 avril

Pour les sept adultes, âgées de 19 à 60 ans, le juge des libertés et de la détention a requis la remise en liberté, sous contrôle judiciaire. Ils ont interdiction de participer à une manifestation ainsi que d'aller dans le centre-ville de Rennes et doivent de plus pointer deux fois par semaine au commissariat. Ils sont appelés à comparaître devant le tribunal correctionnel le 22 avril.


Un syndicaliste dénonce les violences policières

Parmi ces sept adultes déférés au parquet ce samedi, se trouve un syndicaliste Sud Santé Sociaux de Rennes, âgé de 60 ans. Avec l'appui de son syndicat, il dénonce les violences policières dont il a été victime ce jeudi lors de son interpellation dans le centre-ville lors des échauffourées avec les CRS, vidéos à l'appui. Il envisage de porter plainte devant l'inspection générale de la police. 

durée de la vidéo: 01 min 42
Un syndicat dénonce les violences policières

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société manifestation social