Rennes : l'aéroport joue la carte de nouvelles lignes en période de crise sanitaire

A Rennes, une nouvelle ligne aérienne a été inaugurée ce vendredi 18 décembre, la première entre Rennes et Casablanca au Maroc. Alors que le secteur touristique est particulièrement malmené avec l’épidémie de Covid, lancer une nouvelle ligne reste un défi. 

Une nouvelle ligne en direction du Maroc a été inaugurée pour ces vacances de fin d'année à l'aéroport de Rennes
Une nouvelle ligne en direction du Maroc a été inaugurée pour ces vacances de fin d'année à l'aéroport de Rennes © France 3 Bretagne

"D'habitude, on part de Nantes, et comme on est de la métropole de Rennes, c'est plus pratique" explique Gaëlle, une touriste régulière du Maroc, sur le tarmac à la descente d'avion de ce premier vol.

"Pour les enfants, on revient voir la famille française pour fêter Noël. L'aéroport est plus petit que celui de Nantes et plus facile d'accès", explique de son coté Olivier, accompagné de Bouchra et de leurs enfants. 

Ces familles ont déboursé environ 250 euros aller-retour par passager pour venir de Casablanca.

Lancer une nouvelle ligne aérienne en pleine tourmente sanitaire est un pari audacieux. Pour autant, la compagnie aérienne à bas coût Air Arabia va opérer depuis ce 18 octobre deux rotations par semaine pour relier Casablanca. Depuis deux ans, le consulat du Maroc à Rennes et l'aéroport breton travaillaient à ce projet. Comme le précise Najoua El Berrak, la consule générale du Maroc pour le Grand Ouest, il y a "une grande communauté marocaine et bi-nationale en Bretagne et en Basse-Normandie qui attendait celle ligne depuis des années." "La preuve en est que le vol de ce vendredi compte 156 passagers alors que c'est un premier vol" ajoute-t-elle.

 

Une chute de plus de 60% en 2020

 

Le lancement de cette nouvelle ligne intervient pourtant dans un contexte difficile pour le transport aérien et les compagnies. Avec la pandémie de coronavirus, les pays ont fermé plusieurs mois leurs frontières et limité drastiquement les liaisons aériennes. De même, les vols intérieurs ont connu une baisse importante suites aux restrictions de déplacements. A Rennes, le nombre de voyageurs transportés en 2020 a chuté de plus de 60% par rapport à l'année dernière. Et l'aéroport, exploité conjointement par la chambre de commerce et d'industrie et par le groupe Vinci, ne peut pas compter sur des subventions pour attirer les compagnies.

"La Région ne finance pas de ligne, ne subventionne pas de low-cost, dès l'instant que la pertinence et l'utilité économique et donc publique par conséquent est avérée, ça doit fonctionner." explique Gérard Lahellec, vice-président chargé des transports au Conseiller régional.

 

Trois autres liaisons intérieures

 

Trois nouvelles liaisons sont proposées à partir de ces vacances de fin d'année.

Rien n'indique néanmoins que ces nouvelles lignes seront maintenues au-delà des fêtes de fin d'année, surtout dans le contexte économique et sanitaire du moment.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports aériens économie transports