Rennes : la galère des cyclistes illustrée par Augustine

© BELPRESS/MAXPPP
© BELPRESS/MAXPPP

Augustine 7 ans va à l'école en vélo tous les jours, accompagnée par sa maman. Cette dernière a réalisé une vidéo qu'elle a partagé sur les réseaux sociaux, pour montrer les difficultés et les dangers sur des pistes cyclables souvent encombrées de véhicules. 

Par Emilie Colin

C'est une petite vidéo qui fait son chemin, celle d'Augustine 7 ans, filmée par sa mère alors qu'elle circule à vélo pour aller à l'école. Elles font le trajet tous les jours, jusqu'à l'école Saint-Joseph à la Courrouze à Rennes. 1,6 kilomètres à parcourir mais pas forcément dans des conditions idéales. Les pistes cyclables ne sont pas toujours respectées et les voitures garées dessus nombreuses. Il faut alors se déporter sur la route, et rester vigilant. 


"Tous les matins je peste dans mon coin"


"Tous les jours je peste toute seule dans mon coin" raconte Maëva, la mère d'Augustine en évoquant la situation des cyclistes. Pour elle, il ne s'agit pas de blâmer les automobilistes. Elle constate juste que souvent "les 200 derniers mètres" du trajet de la maison à l'école sont souvent problématiques. En cause, le manque de stationnement autour des écoles. Elle-même y a déjà été confrontée : "On tourne souvent quatre fois avant de trouver une place." Pour elle, la situation impacte autant les automobilistes que les cyclistes, sauf qu'il faudrait trouver une solution avant qu'il y ait un drame. 
 


La vidéo a été vue plus de 21 000 fois depuis sa publication et fait réagir. Les cyclistes souvent confrontés à ce genre de problème saluent cette initiative. Sur les réseaux sociaux le #GCUM (littéralement "garé comme une merde") alimente au quotidien les débats entre cyclistes et automobilistes, rapporte parfois des situations dramatiques voire des agressions physiques. Des tweets venus de l'étranger expliquent que dans certains pays les rues sont bloquées sur les horaires de rentrées et de sorties des écoles. 

Dans son message, Maëva interpelle la mairie de Rennes qui lui a répondu. Ce mardi matin, la situation était la même et comme la jeune maman le répète elle ne souhaite pas que les autres parents soient verbalisés mais bien qu'une vraie solution soit trouvée.






 

A lire aussi

Sur le même sujet

Un procès pour essayer d'éclairer la mort de Clément Méric

Les + Lus