Rennes. Il tue sa femme et se rend au commissariat

Publié le Mis à jour le
Écrit par Catherine Deunf .

Une femme retrouvée morte dans le quartier de Villejean à Rennes ce mardi 12 avril. Son époux s’est présenté à la police, affirmant l’avoir étranglée.

Un homme de 48 ans a été placé en garde à vue ce mardi 12 avril à Rennes après avoir affirmé à la police qu'il avait étranglé sa femme, a annoncé le parquet dans un communiqué.

Le corps sans vie de la femme âgée de 45 ans a été retrouvé au domicile dans le quartier de Villejean à l'ouest de Rennes.

Enquête pour meurtre par conjoint

Le parquet de Rennes explique avoir confié une enquête pour meurtre par conjoint à la sûreté départementale. Le mis en cause, alcoolisé, a immédiatement été placé en garde à vue, mais n'a pas tout de suite pu être entendu sur les circonstances des faits. Une autopsie de la victime a été ordonnée afin de déterminer les causes de la mort.  

"Les deux fillettes du couple, âgées de 8 et 9 ans, présentes sur les lieux, ont été hospitalisées en observation pour plusieurs jours. Leur audition sur les faits ne pourra intervenir qu'après avis médical", précise le parquet.  

De nombreuses procédures judiciaires  

Une première plainte de la victime pour violences par conjoint avait été classée sans suite en 2013, étant insuffisamment caractérisée. "Un juge des enfants avait été saisi au cours de l’année 2015 à la suite de violences commises par monsieur sur l’un des enfants de madame. Enfin, une mesure de composition pénale avait été ordonnée en 2016, à la suite de la dénonciation de nouveaux faits, comportant un stage de sensibilisation aux violences conjugales", poursuit la procureure de la République adjointe.  

En 2016, le mis en cause avait également déposé plainte contre son épouse pour des violences, procédure classée sans suite comme insuffisamment caractérisée. Il avait par ailleurs saisi le juge aux affaires familiales afin d’obtenir une ordonnance de protection, dont il avait été débouté.  

2019 : violence aggravée sur conjoint avec arme

En 2019, le mis en cause avait été déféré au parquet et jugé dans le cadre d’une comparution immédiate pour des faits de violences aggravées par deux circonstances (par conjoint et avec arme) suivie d’une incapacité n’excédant pas 8 jours et menaces de mort, sur la même victime.

L’homme avait été condamné à la peine de 1 an et 6 mois d’emprisonnement dont 8 mois assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve pendant 2 ans. Cette condamnation était assortie de l’interdiction d’entrer en relation avec la victime, l’obligation de s’acquitter des dommages et intérêts, l’interdiction de paraître à son domicile et une obligation de soins. Le tribunal avait en outre ordonné la révocation d’un sursis de 6 mois, prononcé à la suite de faits de rébellion, en 2017.  

Incarcéré à Vezin près de Rennes jusqu'en juillet 2020

Le condamné a été incarcéré au centre pénitentiaire de Rennes Vezin du 16 décembre 2019 au 8 juillet 2020, puis a été suivi par le SPIP 35 dans le cadre du sursis probatoire qui devait prendre fin le 8 juillet 2022.  

Les premières investigations ne font pas état de plaintes de la victime ou de mains courantes d’intervention policière depuis la condamnation de 2019.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité