Rennes : ils fabriquent des objets pour améliorer le quotidien des personnes handicapées

Pendant trois jours, l'association My Human Kit et des salariés d'Ariane Group ont planché sur des solutions d'aides techniques pour et avec des personnes en situation de handicap. Quatre projets ont vu le jour à l'issue de cet atelier qui met en avant la diversité et l'intelligence collective.

Transformer son handicap en atout, c'est la philosophie de l'association My Human Kit
Transformer son handicap en atout, c'est la philosophie de l'association My Human Kit © Krystel Veillard/France Télévisions
Imaginez un atelier où sont réunis des ingénieurs qui fabriquent des fusées pour Ariane Group et des "bricoleurs" aguerris. Pendant trois jours, ils mettent en commun leurs idées et leur savoir-faire pour donner vie aux projets portés par des personnes en situation de handicap. Bienvenue au Fabrikarium, un FabLab organisé par l'association My Human Kit (MHK) à Rennes. "Ici, on est dans une logique de créativité et pas d'assistance", souligne Charlie Dréano, le directeur de MHK. 


L'ExoFinger de Bastien


Diversité et intelligence collective, c'est la marque de fabrique de My Human Kit. Transformer son handicap en atout, c'est la philosophie de l'association. Les personnes en situation de handicap s'impliquent dans la résolution de leur problème.
A l'instar de Bastien. Le jeune homme est salarié d'Ariane Group. Il est tétraplégique et ne peut plus bouger ses doigts. "Attraper des objets, je ne peux pas, c'est compliqué pour moi, raconte-t-il, notamment avec le pouce"

Il est donc venu à ce FabLab avec un projet baptisé "l'ExoFinger". Deux prototypes pour lui permettre de rapprocher le pouce de l'index vont voir le jour durant cet atelier. Deux solutions techniques pour rendre son quotidien plus facile. "On a imaginé un gant en tissu sur lequel on a cousu des une bande velcro. Il est fait sur-mesure, explique Bastien. On y a intégré des gaines pour faire passer des câbles. On travaille aussi sur un anneau en forme de U imprimé en 3D qui se met autour de mes doigts. Ces deux objets seront interfacés à un boîtier qui commande un fil et permet à mon pouce de se fermer. Et, à partir de là, je peux être autonome et saisir un stylo par exemple".
 
© Vincent Bars/France Télévisions


Un peu plus loin, une autre équipe planche sur une machine à lire pour malvoyant. Le principe : elle scanne et lit une page grâce à une synthèse vocale :


Du Magic joystick au Vespace


Il y a aussi le "Magic joy stick" adapté à la main de Jonathan qui, lui, est atteint de myopathie. Cette manette va lui permettre de contrôler son fauteuil électrique.
Florent, de son côté, supervise la création du Vespace, un tricycle motorisé avec lequel il pourra se déplacer plus aisément. C'est lui même qui a imaginé le cahier des charges en adéquation avec ses besoins. "Il y a eu plusieurs versions du Vespace, indique-t-il, c'est un projet qui a quelques années. Je suis reparti de zéro pour cette version en ajoutant une assise, deux moteurs alors qu'il n'y en avait qu'un seul avant, un système d'accélération, un porte-document, des avertisseurs sonores, un éclairage, etc". Florent, qui est également salarié d'Ariane Group, entend ainsi faciliter ses déplacements sur le site des Mureaux, près de Paris, où il est basé. 

Au bout de ces trois jours d'atelier, chacun des quatres porteurs de projets est allé au bout de son prototype, ainsi que le souligne My Human Kit sur sa page Facebook :
Charlie Dréano note que ce Fabrikarium crée également du lien entre les participants. "On a le temps de se rencontrer sur trois jours, dit-il. Il y a le travail au sein du FabLab et puis tout ce qui se passe en dehors comme le café du matin, les moments de convivialité le soir, les repas. On se découvre, on discute et l'émulation fait le reste".

Partager un espace où valides et handicapés inventent ensemble des solutions techniques à moindre coût et dont les fichiers sont disponibles gratuitement en Open Source, c'est aussi cela l'état d'esprit de My Human Kit.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap société technologies innovation