Rennes. La fin des terrasses éphémères ce 31 octobre

Publié le
Écrit par Emilie Colin

A Rennes, 120 terrasses éphémères devront être démontées car dès ce dimanche 31 octobre elles ne sont plus autorisées. Elles avaient été installées en mai dernier pour accompagner la réouverture des bars et restaurants après de longs mois de fermetures.

Les patrons de bars et restaurant vont devoir fermer leurs terrasses éphémères ce 31 octobre. A Rennes, la mairie avait accordé des autorisations pour 120 établissements. Le 18 mai, une charte d’accompagnement à la réouverture des débits de boissons avait même été signée avec les différentes acteurs du secteur. Ces extensions étaient parfois installées sur la chaussée, à des endroits prévus pour du stationnement. 

Ce week-end, les installations en bois vont donc disparaître. "Je suis un peu triste on va dire parce que ça nous a bien relancé", explique Pierre Eon, restaurateur. Lui possédait une terrasse de 20 m² et il craint une baisse de 25 % de son chiffre d'affaires. "On va perdre 20 couverts, on aurait pu embaucher des salariés", relève-t-il. 

Les clients trouvent ça dommage car les terrasses ont apporté un gain de place, une possibilité de se rendre au restaurant sans forcément réserver à l'avance. "Cela amenait de la convivialité dans la ville", regrette aussi une habituée. 

Didier Le Bougeant, adjoint aux commerces à Rennes confirme que ces terrasses ont été plébiscitées. Elles ont permis un rebond économique et incarnaient une réponse face à la crise sanitaire. "C'était les seuls endroits où les gens avaient le droit d'aller au début, après des mois de confinement et les jauges imposées à l'intérieur".  

Même si elles ont trouvé un public, certains endroits ont cependant vu des débordements avec des nuisances sonores. Les personnes à mobilité réduite n'ont aussi parfois pas pu circuler correctement sur les trottoirs. 

Une offre renouvelée l'an prochain ?

"Des négociations vont avoir lieu cet hiver", indique Didier Le Bougeant sur la possibilité de reconduire ces terrasses. "Il faut trouver un équilibre pour cette offre attractive notamment à la belle saison. On souhaite, à travers une charte qu'une esthétique soit respectée, que les terrasses soient propres".

Pour l'heure donc aucune promesse mais la question sera réétudiée. Les discussions pourraient notamment concerner les établissements qui n'ont pas pu bénéficier d'une terrasse à la réouverture.