Rennes : des chevaux en quête de caresses en centre-ville

Des chevaux en plein centre-ville de Rennes. C'est le spectacle offert cet après-midi par la compagnie le Théâtre du Centaure. Une déambulation pleine de tendresse et de poésie qui sera rejouée ce lundi. 

© Catherine Deunf - France Télévisions

Vous vous promenez dans les rues de Rennes et tout à coup, un cheval et son cavalier viennent vers vous en réclamant des caresses. Vous ne rêvez pas ! Manolo cherche bien des caresses.

"J’ai pas le sans contact. Caressez-moi !", hurle-t-il assis sur sa monture. Une allusion à peine voilée à cette année de Covid, aux gestes barrière et à l’absence de lien social imposés par cette pandémie.

"Comment il se trouve là en plein centre-ville de Rennes ?", s’étonne Antoine, tandis que son fils ose enfin caresser le cheval.

 

Des regards médusés, étonnés


"Il paraît que les maîtresses n’ont même plus le droit de toucher les enfants, continue Manolo droit, le regard fixant l’horizon. Et ça, même avant l’épidémie." Est-il mélancolique ou perdu ? On ne sait pas. En tout cas, il est touchant. "On en crève des applis".

Des regards médusés, étonnés, amusés le regardent passer. Jean-Paul, lui, n’est même pas surpris de croiser un cheval au centre de Rennes : "Je suis de la campagne, j’ai l’habitude de voir des chevaux. Ça fait un peu d’animation, le centre- ville est mort sinon."

"On entendait crier, puis on a vu le cheval arriver. Il est magnifique", se réjouissent Michelle et Didier.


Un air de la vie d'avant


Invité par l’association ‘Les Tombée de la Nuit’, la compagnie marseillaise, le Théâtre du Centaure, est venue égayer l’hiver breton. Une respiration culturelle qui fait un bien fou, qui rappelle la vie d’avant. "Ces déambulations impromptues en plein air permettent de ne pas créer de rassemblement de personnes. On offre un spectacle en respectant les règles sanitaires," souligne Claude Guinard, directeur des Tombées de la Nuit.

Manolo parti du Sud de Rennes finira par retrouver sa compagne Camille, qui déambulait depuis les jardins du Thabor.  Ils repartiront ensemble. L’histoire ne dit pas s’ils ont trouvé de la tendresse. Tout ce qu’on sait, c’est qu’ils rejoueront ce lundi, même endroit, même heure.  

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cheval animaux nature spectacle vivant culture spectacles et arts équestres covid-19 santé société