Cet article date de plus de 3 ans

trafic d'armes démantelé dans l'ouest : 6 mises en examen

Suite au démantèlement d'un trafic d'armes dans l'ouest, entre Nantes et Angoulême, par la JIRS de Rennes (Juridiction interrégionale spécialisée) cette semaine, six personnes ont été mises en examen, et cinq d'entre elle placées en détention provisoire.
L'arsenal retrouvé lors des perquisitions
L'arsenal retrouvé lors des perquisitions © Police judiciaire

Trois fusils d'assaut dont un de type Kalashnikov, une dizaine d'armes de poing de divers calibres : 7,65 mm, 9mm, 6,35 et 22mm, une trentaine de fusils de chasse et des munitions par centaines, c'est un véritable arsenal, qui a été retrouvé lors des perquisitions. Pour certaines il s'agit d'armes de guerre, d'armes automatiques et à grosse capacité de munitions, dont l'acquisition et la détention sont interdites.

Cinq personnes placées en détention provisoire

Sur les neuf personnes placées en garde à vue, pour trafic d'armes en bande organisée, six ont été déférées devant le juge d'instruction, les 7 et 8 juin 2018. Toutes ont été mises en examen pour "acquisition, détention et cession illégales d'armes de catégories A et B et association de malfaiteur en vue de préparer ces délits". Cinq d'entre elles ont été placées en détention provisoire.

Des armes destinées aux trafiquants nantais 

L'enquête de grande ampleur, diligentée par la DIPJ de Rennes, était menée depuis plusieurs mois sur cette filière d'approvisionnement en armes lourdes en provenance du sud ouest de la France. Cette enquête menée par la brigade criminelle de la PJ et la BRI de Nantes a permis de confirmer que les personnes mises en examen, installées en Loire Atlantique (44) et en Charente (16) fournissaient des armes à des trafiquants nantais pour leurs activités criminelles.

Les investigations se poursuivent pour établir l'existence de liens avec les règlements de compte survenus au cours de ces derniers mois dans l'agglomération nantaise.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
police justice société sécurité