Migrants secourus au large de Saint-Malo. L'homme soupçonné d'être un passeur placé en détention

Ce jeudi 8 juillet, 27 migrants, dont 10 enfants, ont été secourus alors qu'ils étaient à la dérive sur un canot à 30 km des côtes bretonnes. Un des hommes présents sur l'embarcation a été présenté ce vendredi soir devant un juge d'instruction. Il a été mis en examen et incarcéré.
Le patrouilleur des douanes Jacques Oudart Fourmentin, ce jeudi 8 juillet, à quai à Saint-Malo
Le patrouilleur des douanes Jacques Oudart Fourmentin, ce jeudi 8 juillet, à quai à Saint-Malo © C. Jauneau - FTV

L'homme était en garde à vue "depuis 8h30 ce 8 juillet, l'heure d'arraisonnement du canot" nous avait précisé ce jeudi le procureur de la république de Saint-Brieuc, Bertrand Leclerc. Sa garde à vue avait été prolongée ce vendredi matin. 

Il a été déféré au parquet de Saint-Brieuc ce vendredi puis mis en examen ce soir par un juge d'instruction pour "aide au séjour irrégulier dans des conditions mettant en péril la vie des passagers" . Il a été placé sous mandat de dépôt. Il est suspecté d'avoir eu un rôle de passeur. La peine encourrue est de 10 ans. 

Ce jeudi, au petit matin, 27 migrants dont 10 enfants avaient dû être pris en charge par un patrouilleur des douanes alors que leur canot de 6 mètres de long sur lequel ils s'étaient entassés, était en perdition, suite à une panne de carburant.

Lors des investigations des enquêteurs de la Police Aux Frontières (PAF), un des hommes présents sur le canot et parlant bien l'anglais avait été à plusieurs reprise désigné par les migrants interrogés.

Une des hypothèses est que le bateau serait parti d'un port des Côtes d'Armor, Saint-Brieuc ou Erquy. L'embarcation ne présente aucune immatriculation. "Elle pourrait très bien venir de n'importe où, car ce type de bateau peut être remorqué sur une plateforme et donc venir de l'autre bout de la France" précise le parquet de Saint-Brieuc.

De nombreuses questions restent encore à élucider comme l'origine de ces migrants, ainsi que leur destination exacte, l'Angleterre certainement. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants société immigration mer nature