Saint-Malo : prison ferme pour la policière qui voulait faire sauter des PV

Un radar à Saint-Jean-sur-Vilaine / © France 3 Bretagne
Un radar à Saint-Jean-sur-Vilaine / © France 3 Bretagne

Suffit-il d'exercer dans la police pour faire sauter des PV d'excès de vitesse ? Le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc a confirmé que non. La policière a écopé de 4 mois de prison ferme et pourrait perdre son emploi de brigadier de police.

Par Marc-André Mouchère


Brigadière au commissariat de police de Saint-Malo, cette femme de 45 ans a-t-elle voulu faire plaisir à un ami ou se faire valoir ? Pour faire sauter un PV elle s'était d'abord prétendue conductrice à la place de son ami. Démasquée par ses collègues de Saint-Brieuc, elle a ensuite rédigé deux fausses attestations d'indulgence à la place de son supérieur, le commissaire de Saint-Malo.


Faux et usage de faux

Avec ces fausses attestations d'indulgence, elle espérait l'annulation de deux PV d'excès de vitesse commis par un ami.

Seulement, selon le parquet de Saint-Brieuc, s'il y avait eu un accord d'indulgence, l'officier du Ministère public de Saint-Malo aurait pris contact avec le Centre National de Traitement des infractions routières (CNT) situé à Rennes.

À l'audience, la prévenue a affirmé avoir reçu l’autorisation verbale de son supérieur, ce qu'il dément : "Au demeurant, le fait qu'elle rédige elle-même de faux documents, établit qu'elle a bien court-circuité sa hiérarchie en tentant de gérer seule cette manoeuvre" précise le commissaire.
 

Déjà condamnée en région parisienne

Déjà en 2016, la policière avait été condamnée pour des faits commis en 2012 : deux mois de prison avec sursis pour un vol de scellés qui comprennait de l'argent liquide. Elle avait profité de sa position de directrice d'enquête pour opérer. Après 24 mois de mise à pied, elle avait été réintégrée dans la police sans inscription de sa condamnation à son casier judiciaire. Son nouveau poste : gardien de la paix à Saint-Malo.


Bracelet électronique

Ce mercredi, le tribunal de Saint-Brieuc ne lui a accordé aucune dispense d'inscription au casier judiciaire. Le tribunal a condamné la policière à 4 mois de prison ferme.

Sa condamnation pour faux et usage de faux, figurera au Bulletin B2 et sera consultable par certains employeurs. D'autre part, une procédure disciplinaire a été diligentée parallèlement à l'enquête judiciaire. Elle a cependant obtenu d'effectuer sa peine avec un bracelet électronique.

Selon le procureur, elle ne mérite plus la confiance de la police. Elle a cependant 10 jours pour faire appel.
 

Sur le même sujet

L'exploit du Brest Bretagne Handball face aux roumaines de Valcea

Les + Lus